salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

688 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2016

Et, près d’un demi-siècle après, ce fut le martyre du Père Jacques Hamel*

Mon témoignage sur l’infiltration de l’islamisme dans la France républicaine

salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon témoignage sur l’infiltration de l’islamisme dans la France républicaine

Madame la Juge, l’installation et la prospérité de l’islamisme dans les pays de l’Europe de l’Ouest se sont opérés  grâce, d’une part, à l’accueil que ces démocraties ont réservé aux réfugiés islamistes qui étaient persécutés dans leurs pays d’origine, et ce, malgré les «valeurs» qu’ils véhiculent se trouvant aux antipodes des leurs, et, d’autre part, aux  pétrodollars saoudiens et d’autres donateurs des pays du Levant, ainsi qu’à l’exportation de leurs prédicateurs avec leur message bien formaté, clés en main et service après-vente garanti, vers ces démocraties. Cela a débuté longtemps, longtemps avant la naissance de Daech et d'Al Qaïda, et même avant la révolution islamiste iranienne et la guerre d’Afghanistan opposant les États-Unis d’Amérique et l’Union des républiques socialistes soviétiques par moudjahidines et régime communiste afghan interposés, ce dernier était porté par ce qui était appelé la République démocratique d'Afghanistan. D’ailleurs, plusieurs hauts responsables d’Ennahdha [Parti islamiste tunisien, succursale locale de la Confrérie des Frère musulmans], dont le plaignant [KHERIGI dit GHANNOUCHI Rached], ont fait partie de ces réfugiés, depuis le début des années quatre-vingt-dix jusqu’au lendemain de la Révolution de Jasmin, Révolution qu’ils ont vécue en spectateurs. 

Pour ce qui concerne la France, Madame la Juge, je fus personnellement témoin de l’infiltration du salafisme saoudien, par le biais de ses imams, dans la mère-patrie de la laïcité républicaine, à l’époque de Georges Pompidou. En effet, je connais une célèbre institution du top de d’enseignement catholique privé, située dans l’est de la France, élisant domicile dans un vaste et superbe domaine de la riche campagne champenoise où j’avais séjourné plus d’une fois, à l’époque où je professais à l’Université de Bourgogne - j’ai même eu un de ses professeurs comme étudiant - superbe domaine avec château abritant l’administration, terrains de sports, fermes, internat,… Et cette célèbre institution a mis, au début des années soixante-dix, pendant les vacances scolaires d’été, ses locaux à  la disposition d’une organisation saoudite - dépendant de la Présidence Générale des Directions des Recherches Scientifiques et Islamiques, de l’Ifta (= de la délivrance des fatwas), de la Prédication et de l’Orientation Religieuse du Royaume d’Arabie Saoudite, et cela, à travers une ONG connue  sous l’acronyme LIM (= Ligue islamique mondiale  = Al Rabita al-Islamiya al-‘Alamiya), ONG dont la vocation, hors du monde islamique, est, entre autres, «la formation des imams, le financement des mosquées et l’édition de milliers d’exemplaires du Coran à l’attention des minorités musulmanes» - je disais donc,  cette célèbre institution a mis ses locaux à la disposition d’une organisation saoudite pour y tenir un séminaire de formation d’imams, sur plusieurs jours, avec hébergement en pension complète, évidemment hallal, moyennant un prix non négligeable ! Cela s’est passé avec la bénédiction des plus hautes autorités religieuses françaises, pensant, certainement de bonne foi (dans les deux sens), faire acte d’ouverture et de tolérance en  accueillant ces séminaristes dans leurs propres murs, et avec l’aval des autorités républicaines par l’autorisation préfectorale accordée pour la tenue  de ce séminaire, et cela, probablement, par un acte de laïcité. Ces informations, Madame la Juge, m’ont été communiquées, à l’époque, par le directeur de ladite institution qui m’avait exprimé son étonnement de voir, au début du séjour, débarquer chez lui toutes ces femmes toutes niqabées accompagnant les séminaristes et de voir, à la fin, le responsable de cette rencontre offrir gracieusement au personnel de cette institution un exemplaire d’un Coran bilingue. En conclusion, je peux vous affirmer, Madame la Juge, que, compte tenu des diverses études qui sont parues sur la question depuis lors et des enquêtes sur les évènements dramatiques que nous vivons aujourd’hui, ce modeste témoignage ne révèle, en réalité, qu’une infime portion de la partie visible de l’iceberg du danger islamiste, et que, comme pour tout iceberg, les effets les plus mortels de ce danger se tiennent, par essence, en embuscade, dans sa fraction cachée.

Et, près d’un demi-siècle après, ce fut le martyre du  Père Jacques Hamel !

Salah HORCHANI

* Extrait de :

https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/070816/l-islamisme-se-disant-modere-et-l-aveuglement-de-l-occident

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée par la « crise du service public »
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre