GAZA - Communiqué de l'Élysée du 10 juillet 2014 (le lendemain de celui du 9 juillet 2014*) : Trop tard et trop peu !

Et le massacre, par bombardement, d'hommes, de femmes et d'enfants, ce n'est pas une arme indigne, Monsieur le Président ?

 

1. Communiqué de l'Élysée  du 10 juillet 2014 

« Entretien avec le président de l’Autorité palestinienne

Le Président de la République a eu un entretien téléphonique avec le Président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud ABBAS. Il lui a exprimé son inquiétude concernant la situation à Gaza et a déploré que les opérations militaires en cours aient déjà fait de nombreuses victimes palestiniennes. La sécurité de toutes les populations civiles doit être assurée et l’escalade doit cesser. Tout doit être fait pour restaurer la trêve établie en 2012. 

C’est ce message que la France a porté aujourd’hui au Conseil de Sécurité 

Le Président de la République a salué le sens des responsabilités du Président ABBAS et les efforts qu’il déploie pour parvenir à l’apaisement des tensions. La crise actuelle rappelle l’impérieuse nécessité de reprendre les négociations afin de parvenir à l’établissement d’une paix juste et durable au Proche-Orient. La France reste mobilisée pour aider Israéliens et Palestiniens à atteindre cet objectif ».

Source :

http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/entretien-avec-le-president-de-l-autorite-palestinienne/

 

2. Commentaire

Le problème avec votre premier Communiqué, Monsieur le Président, c'est que le mal est déjà fait, en encourageant, en langage diplomatique, Benyamin Netanyahou dans sa politique va-t-en-guerre, et, il a reçu votre message cinq sur cinq ! Le problème avec ce dernier Communiqué de l'Élysée, Monsieur le Président, c’est qu’il ne renferme aucune condamnation du génocide qu’Israël continue à perpétrer contre le Peuple palestinien, ni un epsilon de compassion envers ses victimes : à ce jour et en moins d’une semaine après le début de l’agression israélienne contre Gaza, plus de 180 morts et plus de 1.200 blessés, parmi la population civile palestinienne, en majorité des femmes et des enfants, et des centaines d'habitations détruites. D’après le dernier bilan communiqué hier, samedi 12 juillet 2014, par le bureau de l’ONU chargé des Affaires humanitaires, 21% des victimes sont des mineurs. Quant à Israël, il déplore une dizaine de blessés.

Aussi, Monsieur le Président, dans les deux cas, ne serait-ce qu’au nom de l’amitié qui lie nos deux peuples, au nom de la France, mère patrie des Droits universels de l’homme, au nom de toutes les victimes des punitions collectives infligées par l’occupant nazi à son peuple et par respect pour l’engagement 59** de François Hollande, candidat PS à la présidentielle, il aurait mieux valu, au moins, que vous vous taisiez !

 

3. Correction qui n’a amené à rien (modification ! du Communiqué de l'Élysée du 9 juillet 2014)

« Entretien avec le Premier ministre israélien

le 9 juillet 2014

Le Président de la République a eu ce soir
[mercredi 9 juillet 2014] un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien, Benyamin NETANYAHOU. Il lui a exprimé la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé que la France condamne fermement ces agressions. Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces.

Le Président de la République rappelle la nécessité de prévenir l’escalade des violences
 [phrase ajoutée le 10 juillet 2014].


Dernière modification, le 10/07/2014».

Source :
http://www.ambafrance-il.org/Entretien-du-President-Hollande

 

Salah HORCHANI

*http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/120714/gaza-la-martyre-hommes-politiques-intellectuels-artistes-hommes-d-affaires-tunisiens-faites-de-m

** Extrait de l’engagement 59 de François Hollande, candidat PS à la présidentielle :

 « Je prendrai  des  initiatives  pour  favoriser,  par  de  nouvelles   négociations,  la paix  et  la sécurité  entre  Israël  et  la  Palestine.  Je soutiendrai  la  reconnaissance internationale  de  l’État  palestinien ».

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.