salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

688 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2014

La leçon de « Proche-Orient » de Nissim Zvili à Alain Finkielkraut et Bernard Henri-Lévy et (encore) une bourde de ce dernier

salah horchani
Professeur des universités (Mathématiques, Universités de Bourgogne et de Tunis)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1. Sur la leçon de « Proche-Orient »

Lundi 1er décembre 2014, la veille de l’adoption par  l’Assemblée nationale française d’une résolution sur la reconnaissance de l’État palestinien [1], n’en déplaise à Bernard Henri-Lévy et Alain Finkielkraut, un débat, reproduit dans [2], avait opposé nos deux philosophes adeptes de la devise « Même quand Israël a tort, Israël a raison », en duplex depuis Paris, et Nissim Zvili [3], en studio à Tel Aviv sur la télévision francophone israélienne i24News.      

De prime à bord, Bernard Henri-Lévy et Alain Finkielkraut avaient fait part de leur opposition au vote de l’Assemblée nationale, mais ne s’attendaient sûrement pas à recevoir une véritable leçon de « Proche-Orient » de la part de Nissim Zvili, un véritable “sioniste”, qui n’a pas caché sa colère après avoir écouté les premières interventions de ces deux négationnistes du martyre du Peuple palestinien.

Source :

http://metatv.org/etat-palestinien-un-israelien-donne-une-lecon-de-proche-orient-a-bhl-et-finkielkraut

2. Double-cerise sur le gâteau 

Je transcris ci-dessous le contenu de la Partie 2 du débat [2], de la minute 17 : 40 à la minute 19 : 15.  

BHL : Donc la vraie initiative, je ne dis pas qu’elle est facile à trouver et d’ailleurs si c’était facile à trouver elle aurait été trouvée, et le vrai effort des hommes de bonne volonté c’est de trouver l’idée qui permet de bouger les deux camps de non-solution.

AF : Tout à fait d’accord, d’autant plus d’accord que Mustafa Barghouti, qui est un leader de l’OLP, a dit que l’attentat de la synagogue de Jérusalem-ouest au hachoir et au couteau était une réaction  légitime à l’occupation israélienne, que Mahmoud Abbas lui-même, Mahmoud Abbas a déclaré que si les Israël…il ne fallait pas l’esplanade des Mosquées ou le Mont du Temple soit souillé par les juifs parce que cela conduirait à une nouvelle guerre sainte. Ce sont des termes terribles. Donc, oui, là-dessus il faudrait que tout cela soit dit en France.

BHL : Pourquoi la résolution de demain est, va avoir un effet de régression, c’est qu’elle va dire à, à ce Mahmoud Abbas là, à cette part de Mahmoud Abbas, elle va dire  à, à, à  Barghouti dans sa prison, ne ….

AF : Ce n’est pas le même, c’estMustafa Barghouti, ce n’est pas Marouane, c’est un autre !

BHL : Mustafa Barghouti…c’est le frère… pardon…à Mustafa Barghouti, elle va leur dire : ne changez rien, ne bougez pas, la question n’est pas chez vous, le seul responsable, le seul responsable du blocage est la diabolique Netanyahou. Voilà. C’est ça qui est pervers dans la résolution de demain. 

Après la première bourde de Bernard Henri-Lévy, confondant Mustafa Barghouti avec Marouane Barghouti, Alain Finkielkraut, qui semble mieux connaître le sujet que son confrère, n’a pas osé relever sa seconde bourde, car Mustafa n’est pas le frère de Marouane, mais, un cousin très lointain, les  Barghouti étant une grande famille du village de Deir Ghassaneh, dans la région de Ramallah. Qui plus est, Mustafa Barghouti  n’est pas un palestinien lambda : il fut, en 2005, candidat à la présidence de l’Autorité palestinienne, arrivant à la seconde place, après Mahmoud Abbas.

Il faut dire que les bourdes, Bernard Henri-Lévy les collectionne, même dans  ses ouvrages ! Rappelons-nous son De la guerre en philosophie, paru en 2010, où il cite les recherches sur Emmanuel Kant effectuées par un philosophe dénommé Jean-Baptiste Botul qui n’a jamais existé, puisqu’il fut inventé, six ans auparavant, par Frédéric Pagès, agrégé de philosophie et journaliste au Canard enchaîné. Rappelons-nous tous ces commentaires moqueurs, ironiques  et consternés que cette bourde avait soulevés dans la presse. Ce qui a conduit Frédéric Pagès à écrire que tout  « cela pose une question sur sa façon de travailler » [4].

3. L’histoire avance : 800 personnalités israéliennes demandent la reconnaissance de l'État palestinien sur la base des frontières de 1967

Voir, à ce sujet, l’excellent billet paru sous le lien suivant qui, en outre, contient une carte mentionnant les 135 pays qui ont reconnu l'État palestinien :

http://mrmondialisation.org/800-personnalites-israeliennes-demandent-la-reconnaissance-de-la-palestine/

Salah HORCHANI

[1] a. Avec le résultat du scrutin suivant :  

-Votants : 506 – Suffrages exprimés : 490 – Majorité absolue : 246 – Pour : 339 – Contre : 151.

Sur la vidéo historique suivante, on voit  Claude Bartolone, d’origine tunisienne, né en 1951 à Tunis,  Président de l’Assemblée nationale, annoncer ce scrutin :

http://www.dailymotion.com/video/x2bmgru_l-etat-palestinien-reconnu-par-l-assemblee-nationale-un-appel-a-la-paix_news

b. Le Sénat a adopté, ce jeudi 11 décembre 2014, ladite  résolution demandant la reconnaissance de l'État palestinien, et cela, par 154 voix contre 146. Rappelons, dans ce contexte, que, contrairement à l’Assemblée nationale, la majorité du Sénat se trouve droite, ce qui explique la différence des résultats du scrutin dans ces deux institutions.

Sur la vidéo historique suivante, on voit le sénateur socialiste Gilbert Roger, l'auteur de la résolution, content jusqu’aux larmes de cette adoption :

http://www.dailymotion.com/video/x2cc3a0_emotion-au-senat-apres-le-vote-en-faveur-de-la-reconnaissance-de-l-etat-palestinien_news

Pour l’Histoire, cette résolution a été adoptée le lendemain de l’assassinat du Ministre palestinien Ziad Abou Ein par des soldats israéliens, lors d'une manifestation pacifique en Cisjordanie occupée.

[2] Part 1 : https://www.youtube.com/watch?v=AWito59MVdg

      Part 2 : https://www.youtube.com/watch?v=-Z55Q1L0DKM

[3] Nissim Zvili, israélien d’origine tunisienne, né en 1942 à Mahdia, Secrétaire général du parti travailliste israélien du temps de Yitzhak Rabin et Shimon Peres, [1992-1998, donc pendant  les Accords d'Oslo (1993)] et ancien Ambassadeur d'Israël en France (2002-2005).

[4] http://rue89.nouvelobs.com/2010/02/08/bhl-piege-les-amis-de-botul-consternes-et-allegres-137436

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par le préfet. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement