Les primes de la hontes.

Par quel moyen la poste encourage ses agents à ne pas respecter les protocoles sanitaires.

16 mars 2020 : Un virus peu connu circule. Nous ne savions alors que peu de choses le concernant. Contagieux, parfois létale.... La situation est inédite et l'angoisse commence à étreindre la population. C'est dans ces conditions que la population est invitée à rester confinée au foyer. Toute la population ? Non !


Une poignée de professions, déclarées indispensables à la nation, doit poursuivre le travail. Et parmi ces métiers, les facteurs.Le lendemain de l'allocution du président Macron, où le branle bas de combat est proclamé à base de « nous sommes en guerre », les facteurs du pays, sans masque, ni gel, doivent aller distribuer le courrier. On pensera ce qu'on veut du choix qui a été fait..... N'empêche que quasiment tous ont répondu présents à l’appel.

70 000 facteurs se sont exposés, posant leurs mains sur toutes les portes, tous les interrupteurs de tous les immeubles du pays, touchant chaque boîte aux lettres, chaque colis, ou chaque lettre... tout en s’efforçant de maintenir la distanciation et les gestes barrières, pour protéger la population et se protéger eux-mêmes.
Et autant vous dire que ce jour là, l'auteur de ces lignes pouvant le confirmer étant facteur lui même, l'ambiance n'était pas à la sérénité. Mais alors pas du tout ! Inquiétude, angoisse et même panique parfois ! Nous sommes en guerre après tout !

Certains faits, concernant cette profession peuvent être rappelés.
Allons-y : Facteur est un travail exigeant physiquement, mentalement, et parmi les professions les moins valorisées en terme de rémunération. Salaire proche du SMIC avec une très faible évolution par l’ancienneté et sans 13ème mois. Pour démontrer cette misère, en fin de carrière, le salaire est inférieur à 1800 euros. Tel est le traitement réel de cette profession, pourtant indispensable au pays.

Alors que toutes les professions travaillant lors des confinements ont touché des primes allant jusqu'à 2000 euros en 2020 ET 2021, ces messieurs dames en jaune et bleu ont eu droit.... à 300 euros en 2020. Prime impactée par l’absentéisme dont les congés payés… que La Poste a forcé à poser.


Pour 2021 ? Passer votre chemin, y'a rien a voir... Aucune surprise face à un patronat aussi ingrat, me direz-vous, avec une pointe de sarcasme. Bien sûr, bien sûr, sauf que nous n'avons pour le moment qu'effleuré le sujet.
Le plat de résistance ET le dessert nous viennent séance tenante !

Car oui, pour ceux qui se demandent si La Poste possède la trésorerie pour verser les primes mentionnées, et bien sachez que le groupe a enregistré un bénéfice record pour 2020 de plus de 2 Milliard d'euros ! Magnifique ! Bénéfices en constante progression, depuis la privatisation en 2009.


Mais donc ? Tout vient à point à qui sait attendre, alors ?

Ces messieurs les dirigeants sauront donc se montrer reconnaissants pour l'attribution de la prime d’intéressement ?

Roulement de tambour...... après plus de 6 années consécutives durant lesquelles les postiers recevaient quelques centaines d'euros de prime d’intéressement, leurs dirigeants ont décidé de fêter les bénéfices record... en n'attribuant aucun intéressement à leurs employés, héros déchus de la seconde ligne.
Tonnerre d'applaudissement s'il vous plaît ! Quel régal...

Le spectacle n'est malheureusement pas fini !

Voici le dessert, spécialité du chef :

Mesdames et Messieurs, La Poste vous présente la prime la plus puante, la récompense la plus sordide, nommée «  la prime facteur d'équipe» !

La prime « facteur d'équipe », est une carotte pourrie, placée sous le nez des travailleurs pauvres que sont les facteurs, mulets de seconde zone... euh, ligne !

Une belle perche qui vous fera sortir de chez vous en toute circonstance, même quand vous êtes souffrant, fébrile, malade, symptomatique... Même en période de pandémie mondiale ! Même à l'heure où nous devrions tous veiller à nous protéger les uns les autres.


« C’est à dire monsieur le narrateur ? »

Et bien, curieux lecteurs, c'est une prime qui a comme critère d'attribution le « présentéisme » bien sûr ! Si bien que la Poste, si vous êtes symptomatique, seulement positif ou bien cas contact, récompensera votre respect des protocoles sanitaires en retirant 9% de cette prime pour chaque jour confiné !

Pour une prime pouvant atteindre jusqu'à 670 euros, à son maximum, vous comprendrez que vous isoler pour protéger les autres vous coûtera une sacré blinde. La poste vous expédie au travail, et vous en revenez avec l'abominable virus ? En compensation, votre cher employeur veillera à décompter plus de 60 euros sur votre prime chaque jour de désertion, parfois démoli de fatigue par la maladie.

Inutile de vous narrer les innombrables récits de ceux qui ont refusé de rester confinés, malgré des symptômes. Les primes aux présentéismes poussent à se mettre en danger et à mettre en danger la population, Combien sont venus travailler fiévreux et potentiellement contagieux ?

Pourrons-nous un jour mesurer l’effet de ce dispositif de rémunération sur la propagation de ce virus sur notre territoire ?

Et voilà donc, comment l'un des tout premiers employeurs de France encourage des milliers de postiers à aller poser leurs paluches de partout dans vos immeubles et lieu de passage, même s'ils étaient positifs ou cas contact, en dépit des consignes sanitaires, afin de compenser leur faible rémunération…

Témoignage d’un facteur membre du syndicat départemental CGT du Rhône.

Coordonnées :

Mail : postaux@cgtfapt69.org
Tel : 04 78 61 15 10

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.