Belgique : le remboursement de médicaments anticancéreux en hausse

S’il est indéniable que les avancées scientifiques en matière de lutte contre le cancer ont grandement progressé, il en est de même pour le coût des traitements. L’année dernière, les fonds d’assurance maladie belges ont remboursé plus d’un milliard d’euros.

Le montant remboursé pour les médicaments anticancéreux a grimpé. Alors qu’en 2016, 600 millions d’euros ont été remboursés en 2016, on a dépassé la barre du milliard en 2018 (+66%). La raison principale est le recours à l'immunothérapie. Ce traitement ‘stimule le système immunitaire du patient pour vaincre les tumeurs’. De substances sont utilisés pour altérer le comportement des cellules. Le traitement aide ainsi à détruire les cellules cancéreuses ou à renforcer le système immunitaire. Cette avancée, si elle est porteuse d’espoir, coûte plus que la chimiothérapie.

Dans un premier temps, l'immunothérapie était remboursée uniquement pour les personnes dont les anciens traitements s’étaient révélés infructueux. En mai 2017, le ministre de la Santé, Maggie de Block, a passé une loi pour que le remboursement s’applique à pembrolizumab. La liste des cancers à laquelle s’ajoute cette thérapie s’est allongée depuis.

L’immunothérapie coûte plus que la chimiothérapie. L’immunothérapie coûte plus que la chimiothérapie.
                                                                                                                           

De plus, les médicaments sont coûteux. 40 mg d’Opdivo coûte 588.80 euros alors que pour l'Yervoy, c’est 4.250 pour 50mg. Il faut savoir que ces médicaments sont utilisés en combinaison dans certains traitements, ce qui peut faire grimper la facture à 5.000 euros par mois hors taxes.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.