Samir Salhi
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2021

Des skinheads néonazis aux rassemblements de Zemmour, mais silence radio...

Des jeunes skinheads néonazis qui acclament Zemmour lorsqu'il sort d'une voiture pour aller donner ses conférences. Des jeunes skinheads néonazis qui y assistent... Mais le personnage continue d'affirmer qu'il n'est pas raciste et pire : de nombreuses personnes médiatiques continuent de le promouvoir.. : "BAH VOYONS!!!" comme dirait l'intéressé lorsqu'il est pris en flagrant délit...

Samir Salhi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une vidéo diffusée sur la chaîne LCI, on peut voir Zemmour être accueilli chaleureusement par des jeunes lorsqu'il sort d'une voiture pour se diriger vers le lieu de sa conférence. Et, il y a un type de vestes qui saute aux yeux lorsque l'on observe de plus près comment sont habillés certains de ses jeunes supporters : 

On remarque de nombreuses vestes de la marque "Harrington" ou "Brandit" et ses modèles Lord Canterbury  (il existe d'autres marques : Fred Perry, Ben Sherman, Lonsdale, etc...). Des vestes portées par les skinheads néonazis essentiellement (ceux-là même qui prônent la supériorité de la race aryenne, blanche, et qui portent des tatouages en hommage au régime hitlérien...!)

Donc, il est facile de deviner que Zemmour, outre son éventuel électorat de catégorie CSP+, a également un public de skinheads néonazis (ceux-ci sont souvent des antisémites notoires, mais bon... là, ils ont décidé de mettre leur antisémitisme de côté et de se concentrer uniquement sur un seul ennemi : les musulmans. Surtout, ne pas courir deux lièvres à la fois semble être devenue leur stratégie...), mais à part ça Zemmour ne serait pas raciste selon plusieurs personnalités et médias (politiciens comme journalistes) ...

C'est une honte de promouvoir ce raciste tous les jours dans les médias, pour des "impératifs marchands" (Bourdieu) ... On est en droit de penser que pour la droite il est préférable de dire qu'il n'est pas raciste en espérant qu'il rejoigne un jour leur parti, certain de ne pas figurer au second tour. Quant aux médias, ils semblent se préoccuper des audiences avant tout... Ils pourraient avoir l'opportunité de l'inviter prochainement et faire de l'audience donc il ne faut absolument pas le présenter comme raciste... D'après leurs dires, il serait "légèrement" révisionniste, mais certainement pas raciste... : Mensonge !

C'est aussi une honte lorsque l'on s'indigne uniquement des propos de Zemmour sur Pétain et de se taire, de ne rien trouver à redire sur tout le reste, surtout sur ce qu'il dit sur les musulmans et les minorités (c'est quand même lui qui, en 2014, a imaginé comment déporter cinq millions de musulmans..).

Bourdieu avait donc bien raison : une grande partie des journalistes ne se rendent pas compte qu'il ne sont que des marionnettes... Non, Zemmour ne tient pas que des "propos extrémistes", comme on l'entend dire trop souvent, il tient également des propos ouvertement racistes (c'est d'ailleurs cela qui plait tant à l'extrême droite dure et aux néonazis) !

Entendre dire tous les jours dans les médias que Zemmour ne plait qu'à un public de droite, de catégorie CSP+, à d'anciens électeurs de Fillon, est un pur mensonge ( voir La fabrique du consentement de Noam Chomsky). Il faut aussi avoir le courage d'avouer qu'une partie de son public est issue des mouvements violents d'extrême droite (d'ailleurs il n'a pas hésité à dire qu'il aimait beaucoup Papacito l'influenceur d'extrême droite considéré comme homophobe, sexiste et raciste...). Une stratégie médiatique a été de faire croire que les partisans du nazisme n'étaient que du côté du rassemblement national, rendant Zemmour plus 'acceptable ' aux yeux de certains (dont des musulmans et des juifs), et dans les sondages. On ment donc en disant aux citoyens français que Zemmour serait moins raciste, moins dangereux que le rassemblement national. Au contraire, l'extrême droite dure a abandonné le Rn, jugé trop laxiste sur le racisme pour rejoindre un Zemmour aux envies de guerre civile... Il ne veut pas empêcher cette guerre comme il le prétend mais la provoquer. En affirmant que la guerre civile serait déjà présente en France il ne laisse au fond qu'une seule alternative : combattre des soit disant ennemis de l'intérieur. Et on sait très bien qui il désigne comme ennemis, il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...!

Cette alliance du fascisme avec la bourgeoisie (la vidéo en question montrait ces skinheads lors d'une conférence de Zemmour à Versailles...) n'est pas nouvelle malheureusement ,et elle doit être exposée aux yeux de tous !!!

Un exemple de ces modèles de vestes ci-dessous : 

 Article intéressant à ce sujet : https://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/CHOMSKY/14992

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé