Samir Salhi
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

Zemmour était l'invité de "Rendez-vous en terre inconnue" sur Cnews, à Drancy

Mises en scènes zemmouriennes façon Trump...On pensait la colonisation terminée... Mais on a assisté ce 25 octobre à Drancy, à plusieurs scènes dignes de l'émission précitée : approcher une "autre civilisation" perçue par certains médias comme étant par nature étrange, sauvage, et archaïque... D'où la nécessité de venir accompagné d'une dizaine de gardes du corps et de "journalistes"...

Samir Salhi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On se souvient de la scène du film "La haine" où des journalistes tentent d'interviewer des jeunes de banlieue. Ces derniers se sentent offensés, considérant la façon d'être interpellés comme humiliante : " on ressemble à des voyous?" ..."on est pas à Thoiry ici " (le zoo).

On aurait pu dire la même chose à Drancy... Le dessein de Zemmour, accompagné de l'animateur tv Morandini, et de Cnews était pourtant clair : démontrer que les habitants de Drancy ne seraient plus français, qu'ils ne vivraient plus en France, et qu'ils seraient envahis par des islamistes (pour Zemmour un musulman est un islamiste, vu qu'il n'y a pas de différence entre l'islam et l'islamisme selon lui...). Renforcer une différence entre le "eux" et "nous", en résumé le message aurait pu être celui-ci "mais regardez comme ils sont éloignés et différents de nous". Mais, en leur apprenant comment devenir véritablement français (alors qu'ils sont déjà français pour la très grande majorité), on serait en droit d'espérer un changement (si et seulement si on suit la méthode radicale de Zemmour), comme cette femme qui accepte finalement d'enlever son voile... Le musulman, et la musulmane un peu plus, sont sommés de changer, de s'adapter à un modèle prédéfini d'acceptation, un peu comme "au bon vieux temps des colonies".

Cette (mise en) scène est révélatrice : alors que l'on croyait cette femme issue de Drancy ou ayant vécue à Drancy (comme s'en vante fréquemment Eric Zemmour), il n'en est rien.. : Elle habite à plus de 40 kilomètres de Drancy et a travaillé pour Bolloré... De plus, elle apparait voilée alors que sur son profil Facebook aucune photo d'elle voilée n'apparait... Un bel exemple de manipulation médiatique...! Même chose lors de la (remise en) scène dans la boucherie : l'ingénieur son a fait du bon travail pour bien effacer les huées d'une partie de la population drancéenne qui visiblement n'avait guère apprécié la visite du polémiste! Car d'autres vidéos amateurs ont montré que la bande son qui apparaissait sur Cnews était fort éloignée de ce qu'elle était en réalité.

Donc, au final on a un multi-condamné pour provocation à la haine raciale, accusé de multiples agressions sexuelles, accompagné d'un animateur tv, multi-accusé de "corruption de mineurs de plus de 15 ans", d'"harcèlement sexuel" et de "travail dissimulé", qui s'autorisent à venir filmer une population sans son consentement (ou alors le droit à l'image doit être demandé, sinon tout cela était alors prévu à l'avance et arrangé..), sans la présence du maire, sans contradicteur véritable (mis à part David Guiraud de la France Insoumise), etc... Et de plus, ils se permettent de faire la leçon à cette population : pas assez "assimilée", "mal" française, mal éduquée, etc...

Avec comme conclusion de ce "reportage" un terrible constat selon Cnews : Zemmour aurait donc eu raison depuis le début... Drancy ne serait plus Drancy, (et par extension la France ne serait bientôt plus France..) et donc effectivement, le fameux "grand remplacement" aurait déjà eu lieu, avec pour preuves ces images et surtout ces scènes choisies, arrangées et réglées comme du papier à musique... La propagande cnewsienne et l'équipe de communication de Zemmour sont en marche, en mode surchauffe au moins jusqu'au mois d'avril...!

La ficelle était un peu trop grosse...!!! A force de vouloir imiter Trump, le polémiste a fini par se faire "griller".... En général lorsque le cinéma français imite le cinéma américain, c'est assez médiocre... C'est lorsqu'il sait garder sa propre identité que le cinéma français connait en général ses plus grands succès, en France et à travers le monde....! De plus, tout comme l'émission "Rendez-vous en terre inconnue" est mise en scène, ce reportage de "Face à la rue" suit et imite les mêmes procédés ... Comme le souligne Olivier Perrin dans un article en 2016 : l'émission "prend les atours d’un documentaire qui frôle souvent la fiction, qu’elle repose sur une mise en scène, et qu’elle présente une image biaisée des peuples qu’elle visite"...et "bénéficie d’un effet de réel qui invite les téléspectateurs à assimiler à la réalité ce qu’ils voient à l’écran. Pour qu’ils tombent, en quelque sorte, dans ce que l’on appelle 'l’illusion référentielle'". Une spectatrice de l'émission dira sur Twitter : "c’est une nouvelle forme de «colonialisme», empreinte de bons sentiments, et tout cela dans le but de faire de l’audience".

Mais plus que tout, ce reportage a révélé une chose importante : à la différence de l'émission "rendez-vous en terre inconnue" où la destination de l'invité est, comme son nom l'indique, inconnue, ce qui saute aux yeux c'est que si Zemmour connait le lieu géographiquement, en revanche il ne connait pas la population de Drancy. Lui qui se vante de connaitre parfaitement les quartiers puisqu'il en est serait issu... On a pu observer un réel décalage entre ce que dit Zemmour sur ces quartiers et la réalité vécue et exprimée par ces habitants. Etre né dans un quartier, y avoir vécu, ou même y habiter ne fait pas de vous automatiquement un expert des problématiques sociales de ces endroits. C'est plus complexe que cela à vrai dire... d'où l'utilité de la sociologie, de la démographie et des sciences sociales en général (mais l'intéressé balaie d'un revers de main les analyses d'un Hervé le Bras par exemple..).

On peut en tout cas souligner l'exemplarité de cette population drancéenne qui a su rester stoïque et digne face à cette provocation. Car rien n'aurait fait plus plaisir à Zemmour et à Morandini qu'il y ait un incident : du buzz pour la chaîne et un prétexte pour Zemmour : cela aurait été pour lui une formidable occasion de dire que ces quartiers seraient des dangers, des zones de non-droit, des zones "indigènes" qu'il faudrait rapidement "mater", "civiliser", "assimiler"... Et plus que tout, un tel incident s'il avait eu lieu, il va s'en dire, aurait fortement fait grimper Zemmour dans les sondages. Donc les habitants ne sont pas tombés dans le piège tendu, au grand dam de Cnews et du futur candidat ! 

Voir : https://www.letemps.ch/opinions/rendezvous-terre-inconnue-france-2-une-emission-postcoloniale

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/10/03/herve-le-bras-les-adeptes-de-la-theorie-du-grand-remplacement-semblent-suivre-la-trace-des-totalitarismes-du-xxe-siecle_6096957_3232.html

La scène du film "La haine" :

https://www.youtube.com/watch?v=SpXNAlH0gR0&ab_channel=Steax

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS