Samira Dellaa

Experte en relations internationales

Paris, Alger - France, Algérie

Sa biographie
Experte en relations internationales et chercheuse émérite, Samira Dellaa est aussi une autrice franco-algérienne. Souvent invitée des médias des deux côtés des rives de Méditerranée, elle milite pour une approche plus humaniste de la chose politique.
Son blog
8 abonnés L'Analyse de Samira Dellaa
  • 28 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 0 contact
Voir tous
  • Pierre Menes raconte son hospitalisation à cause du COVID-19

    Par
    Adulé ou détesté, Pierre Menes, le célèbre journaliste sportif, ne laisse personne indifférent. Mais face à la maladie, il rassemble toute la toile derrière lui. Les messages de soutien se multiplient. Et les appels à respecter le confinement aussi.
  • Avec le confinement, les ventes de livres en forte baisse

    Par
    Il y a ceux qui ressortent les vieux classiques de leurs bibliothèques, et ceux qui n'arrivent pas à lire malgré tout le temps qu'ils ont devant eux. Et entre ces deux catégories de personnes, les maisons d'édition et les libraires s'inquiètent.
  • Le coronavirus à l’ère de l'hyper-information

    Par
    Les temps que nous vivons actuellement seront observés et étudiés par les historiens avec un regard sans doute mêlé d’étonnement et d’incompréhension. Mais si l’on évoque la notion d’histoire, c’est sans doute car cet évènement combine deux éléments fondamentalement opposés dans le temps et l’espace : l’épidémie et l'hyper-information.
  • Fin de cavale pour le fondateur de PokerStar

    Par
    Isai Scheinberg, fondateur du géant en ligne PokerStars, s'est rendu volontairement aux autorités américaines, après 20 ans de cavale à travers la planète.
  • Mort de Jhon Jairo Velásquez, tueur à gages de Pablo Escobar,

    Par
    « Popeye », le tueur à gages le plus célèbre de Pablo Escobar, est décédé d’un cancer de l’estomac en Colombie. Il s’est éteint à l’âge de 57 ans sous la surveillance de gardiens à l’Institut national de cancérologie, où il avait été transféré le 31 décembre.