Affaire 1MDB: le principal suspect paye 700 millions mais est blanchi !

Low Jho, le célèbre financier malaisien au coeur du scandale de détournement concernant le fond souverain de Malaisie, a signé un accord avec la justice américaine. L'accord comprend notamment la saisie d'un hôtel et d'un jet privé. Mais blanchi de culpabilité le payeur !

Le scandale 1MDB hante la communauté économique internationale depuis des années, et porte le nom de Jho Low au premier plan. Révélé en novembre 2018, ce scandale porte sur un détournement massif de plus de 3,5 milliards de dollars, via un système de rétrocommissions, du fonds souverain malaisien Malaysia Development Berhad, créé dix ans plus tôt dans le but de développer le pays de 30 millions d'habitants. Le jeune fugitif sino-malaysien a toujours été dépeint comme le cerveau” du scandale tout entier, et le rapatrier en Malaisie afin de “faire face à la justice” a toujours été la plus grande priorité du gouvernement malaysien.

Le ministère américain de la justice vient de signer atteint un accord avec Low qui l’a non seulement absous de toute culpabilité, mais qui a également aidé à recouvrer près d’un milliard de dollars du montant total qui a été perdu dans le fonds d’investissement 1MDB. Les médias américains affirment que cette décision a été prise après plusieurs années d’efforts de collaboration entre l’homme d’affaires et les Etats-Unis.

En fuite depuis la révélation du scandale, Low Taek Jho, qui officiait comme conseiller officieux du fonds souverain, va notamment se voir privé d'un hôtel qu'il détient à Beverly Hills et d'un jet privé. Dans une déclaration publiée dans la foulée de l'annonce de la justice américaine, il a salué l'accord, mais a ajouté qu'il « ne constituait pas aveu de culpabilité, de responsabilité ou de toute forme de méfait de (sa) part ou de la part des propriétaires des actifs ».

Cet accord devrait donc mettre fin du fiasco de 1MDB, qui a pris bien trop de temps et de ressources.

Une réussite majeure se dessine pour le Département de justice des Etats-Unis puisqu’il s’agit d’une bonne et pratique tactique ayant profité pleinement au gouvernement et ce, avec un risque minimum. Sans cet accord, l’affaire de confiscation liée à Low pourrait donner lieu à la chute de biens dans les limbes de la Justice, à des frais judiciaires faramineux, et à l’incertitude d’un procès prolongé, épuisant pour les deux parties. Low a accepté d'abandonner un jet privé, des biens immobiliers haut de gamme à Beverly Hills, New York et Londres, ainsi que d'autres actifs totalisant 700 millions de dollars, a annoncé le ministère de la Justice dans un communiqué et un document de justice déposés mercredi.

La Malaisie bénéficiera grandement, elle aussi, des fonds qui seront rapatriés grâce à la récupération des biens résultant de cet accord. En tant que pays à l’économie fragile faisant face à la dette, ceci serait de très grande valeur. L'accord entre Low et les Etats-Unis pourrait également filtrer plus de ressources et d’informations qui aideraient ainsi les poursuites judiciaires continues contre Najib Razak ; poursuites interminables et bien trop compliquées jusqu’à présent.

Mais que cela signifie-t-il pour le tristement célèbre Jho Low ? Ce dernier a clamé son innocence dès le début du scandale et a obtenu, suite à cet accord, l’asile dans plusieurs pays dont aux Etats- Unis.

Une question se pose pour le gouvernement malaysien : compte tenu du fait qu’il ait déjà sécurisé les biens de Jho Low ainsi que ceux de sa famille, et que Low ait été acquitté par les Etats-Unis, la chasse à la sorcière devrait-elle continuer ?

Il serait peut-être sage de respecter l’accord fixé entre le département de justice et Low et de mettre fin à la perte de temps et d’énergie alors que le pays fait face à des problèmes bien plus pressants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.