L'Iran publie une vidéo appelant à la destruction du Capitol et de Jérusalem

L'Iran a publié une nouvelle vidéo provocante ce week-end dans laquelle ses forces militaires font exploser le Capitole des États-Unis, une menace qui survient alors que l'administration Biden se rapproche de fournir à Téhéran des milliards de dollars d'allégement des sanctions économiques.

La vidéo a fait ses débuts dimanche à la télévision contrôlée par l'État iranien avant que le chef suprême iranien Ali Khamenei ne prononce une allocution, dans laquelle il a loué le Corps des gardiens de la révolution islamique du pays, la force paramilitaire qui a tué des Américains, et a célébré en héros le chef du CGRI Qassem Soleimani, qui a été tué par l'administration Trump.

Dans le clip vidéo, des forces armées du CGRI sont vues marchant fièrement, avant que le célèbre dôme du Capitole des États-Unis n'explose. Il montre également les forces iraniennes marchant sur Jérusalem.

La vidéo et les remarques de Khamenei interviennent alors que l’administration Biden s’engage dans une diplomatie avec l’Iran visant à signer un accord nucléaire remanié. L’administration serait prête à lever les sanctions paralysantes contre les banques, les diplomates et le commerce du pétrole iraniens, signalant que Washington cherche désespérément à inciter l’Iran à accepter un accord qui ne dénouerait que partiellement son programme nucléaire croissant.

Les républicains du Congrès accusent l'administration Biden de relâcher la pression sur l'Iran à un moment où elle pourrait renverser le régime radical et autonomiser les réformateurs démocratiques dans le pays. Ils voient également la dernière vidéo du CGRI comme un signe que le régime iranien ne modérera jamais sa rhétorique anti-américaine et anti-occidentale.

Khamenei, dans son discours au pays,a loué les opérations en cours du CGRI dans la région, qui ont ciblé les forces américaines et occidentales. Khamenei s'est engagé à continuer d'alimenter les guerres à travers le Moyen-Orient.

"Les Américains ont été profondément attristés pendant des années par l'influence de la République islamique [dans la région], et ils étaient en colère contre le général Soleimani pour cette raison et l'ont martyrisé pour cette raison", a déclaré le dirigeant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.