D'où viennent les NFT, cette technologie qui va enrichir ses précurseurs !

Si on vous avait offert il y a 4 ans, la photo pixelisée d'un chaton, il aurait été malin de ne pas refuser ce cadeau pourri. Demain, cette photo vaudra peut-être 10 millions d'euros.

Quand Erick Calderon a voulu offrir à un collègue une image pixélisée d'un homme à la casquette violette en cadeau noël en 2018, le collègue n'en a pas voulu. Il s'agissait d'un "secret santa" - une soirée où chacun offre un cadeau à une autre personne, avec une somme maximum généralement très basse. Un pratique courante dans les entreprises américaines.

À la place du collègue, c'est le père de M. Calderon qui a reçu le cadeau. 

En février, il a vendu l'image pour 46.000 $.

Un jeton non fongible, ou NFT, était lié à l'image. Appelé CryptoPunk, il s'agit de l'une des 10.000 images numériques uniques générées par algorithme, créées par deux programmeurs de logiciels en 2017. Les images ont été conçues pour être échangées sur la blockchain, un registre numérique qui enregistre les transactions, et elles ont été initialement publiées pour être revendiquées gratuitement par toute personne disposant d'un «portefeuille» (wallet) ou d'un compte blockchain.

L'évolution rapide du marché de ces NFT, ou jetons non fongibles, a sorti les actifs numériques de la quasi-obscurité pour venir rapidement s'ancrer dans la langue vernaculaire. Au premier trimestre de cette année, la valeur totale des ventes de NFT sur le réseau Ethereum, la principale blockchain sous-jacente à ces transactions, a bondi à 2 milliards de dollars au premier trimestre, contre 94 millions de dollars au cours de la période de trois mois précédente, selon le site de suivi des données. NonFungible.com.

«Nous avons atteints aujourd'hui nos objectifs de dans 5 ans», a déclaré M. Calderon, le fondateur d'Art Blocks, un projet artistique de NFT. «C’est fou!.»

Les NFT n'étaient même pas une connus jusqu'à ce que CryptoKitties, qui permet aux utilisateurs d'élever et d'échanger des chats numériques, soit né en 2017, a déclaré Roham Gharegozlou, directeur général de la société NFT Dapper Labs, qui a créé le jeu. Lui et ses collaborateurs ont utilisé la même technologie de blockchain qui sous-tend les crypto-monnaies pour créer des NFT, qui agissaient comme des colliers d'identification pour les chats numériques.

Les crypto-monnaies telles que le bitcoin sont fongibles car un bitcoin n'aura pas une valeur différente d'un autre, alors que les NFT sont conçus pour être uniques. Ils sont devenus largement utilisés avec les chats, mais ils sont maintenant appliqués à l'art numérique, aux albums et même aux armes dans les jeux vidéo et autres accessoires virtuels.

"Nous n'y avons pas trop réfléchi", a déclaré M. Gharegozlou. «Les autres choses étaient fongibles et nous l'avons simplement appelée non fongible.»

Le projet a vu le jour sur le réseau Ethereum. Alors que la blockchain de Bitcoin a été conçue pour faciliter les transactions décentralisées, la conception d'etherum permet aux utilisateurs de stocker des éléments plus complexes tels que des contrats financiers et des applications dans le grand livre numérique. À l'époque, la création d'actifs sur le réseau peu utilisé coûtait quelques centimes.

Après des années à être une nouveauté de musée, l'art numérique commence à se vendre comme des petits pains - et dans certains cas pour des millions de dollars - en raison d'un actif cryptographique appelé jetons non fongibles, ou NFT. Et ce n'est pas seulement de l'art - les ventes d'objets de collection numériques de toutes sortes bénéficient de ces certificats d'authenticité basés sur la blockchain. Les NFT rendent le marché plus accessible aux artistes, mais à l'avenir, ils pourraient également perturber toute l'économie du marché de l'art.

De nouveaux réseaux sont apparus récemment et les développeurs ont créé des interfaces utilisateur simples qui permettent aux gens d'utiliser des numéros de carte de crédit pour acheter, vendre et créer des objets de collection numériques liés aux NFT. Des plates-formes telles que NBA Top Shot ont été inauguré pour des fans de sport qui n'ont aucune connaissance des crypto-monnaies, mais qui paieront chers pour posséder des souvenirs numériques de leurs sportifs et clubs préférés.

Bref, une nouvelle manière de créer de la richesse à partir du vide. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.