Turquie : augmentation de 50% des féminicides en 10 ans !

Environ 1,000 femmes se sont rassemblées près de la place Taksim d’Istanbul, afin de protester contre ce qu’elles considèrent comme un manque d’action de la part des autorités pour prévenir et punir la violence à l’égard des femmes, dans un pays où les taux de féminicide ont augmenté ces dernières années.

Les manifestants, pour la plupart des femmes portant des masques violets disant «nous gagnerons notre liberté», se sont rassemblés dans une rue principale après que la police ait fermé les entrées de la place Taksim dans le but d'empêcher les femmes de crier "liberté".

De l'autre côté de la rue, des policières faisaient bloc, empêchant le passage - alors que des policiers anti-émeutes et des canons à eux étaient positionnés tout le long de la rue. 

«Ils devraient bloquer les meurtriers, pas nous », a déclaré İpek Deniz, une infirmière de 36 ans participant aux manifestations.

Le taux de fémicide a pratiquement doublé entre 2011 et 2019, selon un groupe qui surveille les meurtres de femmes, qui a également déclaré que jusqu'à présent en 2021, 51 femmes ont été assassinées et 26 autres sont décédées dans des circonstances suspectes.

La Turquie ne tient pas de statistiques officielles sur le fémicide.

Ce week-end, une vidéo montrant une femme frappée à la tête par son ex-mari dans le nord de la Turquie, a suscité l'indignation sur les réseaux sociaux. Le suspect a ensuite été détenu, selon les médias, tandis que la femme était admise à l'hôpital.

S'exprimant lors d'un congrès de l'aile féminine du parti au pouvoir pour la justice et le développement (AKP), le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré que la Turquie créerait une commission au parlement pour traiter des questions relatives à la violence à l'égard des femmes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.