Covid19: les socialistes du Venezuela créent une mesure discriminatoire

Un maire du centre du Venezuela a commencé à placer des symboles d'avertissement rouges sur les maisons des personnes atteintes du COVID-19 et a également menacé de couper les aides sociales pour ceux qui rompaient la quarantaine, ce qui a incité le procureur en chef du pays à ouvrir une enquête.

«Nous protégeons notre peuple», a déclaré Luis Duque, le maire de la municipalité de Sucre dans l’État de Yaracuy, désignant un panneau blanc collé sur une maison avec un cercle rouge et une ligne tracée. "Cela indique qu'il y a un cas Covid ou un cas présumé de Covid, donc les gens sont alertes", a-t-il ajouté dans une vidéo publiée cette semaine sur son compte Instagram.

Ayant déclaré que des mesures radicales étaient nécessaires alors que le Venezuela s'attaquait à une deuxième vague de coronavirus, Duque a déclaré que les avantages, notamment les distributions de nourriture et le gaz de cuisine, pourraient être réduits si les gens ne se conformaient pas aux ordres de quarantaine.

La décision de Duque, membre du parti socialiste, a entraîné des accusations de discrimination de la part de l'opposition du pays et a incité le procureur en chef Tarek Saab à ouvrir une enquête. Dans un message Twitter mercredi, Saab a qualifié les mesures de «ségrégation» et a déclaré que Duque avait agi unilatéralement, ajoutant que son bureau et le bureau du médiateur de l'État avaient commencé à retirer les panneaux.

Duque a déclaré que sa municipalité infligerait également une amende à quiconque désobéirait à la quarantaine, de l'équivalent de 9 dollars, une énorme somme dans un Venezuela hyperinflationniste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.