Etats-Unis : l'attitude des médias laisse à désirer...

Des morts qui votent (comme Joe Frazier, décédé en 2015), des centaines de milliers de votes des militaires perdus, des scrutateurs filmés en train de changer des bulletins, des facteurs qui avouent avoir voté par correspondance au lieu de livrer le bulletin de vote aux particuliers... Les fraudes se multiplient aux Etats-Unis.

Et ceux qui ne veulent pas voir, ne voient pas ! 

Pour les médias, le grand gagnant est donc Joe Biden. Honnêtement, je ne suis pas contre lui. D'ailleurs, en tant que femme issue de la minorité en France, je suis plutôt contente de savoir que Kamala Harris sera Présidente (ne me dites pas que Joe tiendra 4 ans!). 

L'on savait les médias, les journalistes, largement anti-Trump, et cela me dérange plus qu'autre chose. Même ici, sur Médiapart, on se réjouit de la défaite annoncée par CNN - mais pas encore effective, du très clivant Président américain. Car s'il n'est pas de notre ressort, à nous, françaises et français, de décider de l'avenir des Etats-Unis, il est par contre de notre obligation de dénoncer le parti-pris médiatique.

Et depuis 48 heures, c'est le balais des médias français qui, copiant/google-translatant/collant des articles venus des Etats-Unis, expliquent pourquoi il n'y a pas eu telle fraude ou tell fraude.  France Info, Le Parisien, RTL, Libé, tous s'y mettent ! 

capture-d-e-cran-2020-11-09-a-09-19-29

Et pourtant...

Sur la chaîne anti-Trump Fox News, l'ancien procureur général Sidney Powell affirme aujourd'hui que le programme militaire "Hammer et Scorecards," créé pour trafiquer les élections a été retourné contre les Etats-Unis. Oui, c'est moche. Les Etats-Unis ont un programme de manipulation des élections dans certaines dictatures d'Afrique ou  d'Amérique du Sud. Mais qu'il soit retourné pour voler un vote de la plus grande démocratie au monde, est ahurissant ! 

https://twitter.com/TrumpFrance/status/1325570101446397954

Mais l'histoire ne s'arrête pas là...

- Une clé USB contenant des informations cruciales sur les électeurs absents et les résultats de plus de 169,000 bulletins de vote absents recueillis dans la ville de Milwaukee, « brièvement égarés » par la directrice exécutive de la Commission électorale de Milwaukee, Claire Woodall-Vogg.

- Un nombre considérable de morts ont voté.

- Des millions d'électeurs ont pu voter deux ou trois fois (vote par correspondance sans carte d'identité), voter pour leur voisin, ou voter pour l'ancien locataire de leur appartement (ceci expliquant surement pourquoi Biden est le candidat qui a reçu le plus de votes dans l'histoire de la démocratie américaine, alors que ses meetings ne comptaient que 30 ou 40 voitures dans un drive-in de 1000 places. 

- Un facteur de Pennsylvanie affirmait hier encore à la télévision qu’on lui a ordonné de collecter les bulletins de vote en retard, illégalement.

- La Géorgie enquête sur les « questions liées aux votes »

- La campagne Trump intente un procès en Arizona pour des bulletins « rejetés ».

- 200 000 bulletins de vote envoyés à de mauvaises adresses au Nevada (Etat pivot)

- Dans 378 comtés américains, le taux d'inscription des électeurs dépasse 100 % de la population adulte, ce qui signifie qu'il y a plus d'inscriptions d'électeurs dans les fichiers que la population totale en âge de voter, selon une nouvelle analyse du groupe de surveillance conservateur Judicial Watch. 

La commission électorale renvoie plus de 99 000 bulletins de vote à Brooklyn . Les fonctionnaires s'inquiètent des nombreux originaux déjà remplis et envoyés.

- 1,6 million d'électeurs de plus que ceux inscrits dans 19 comtés de Californie, L.A. a 117% d'électeurs inscrits.

- 23 000 bulletins de vote jetés dans le Wisconsin.

-  Les élections de Detroit, où 72 % des votes par correspondance ne correspondent pas aux électeurs inscrits.

- Les électeurs du Queens reçoivent des bulletins de vote militaires.

- Un officier du Texas et un observateur des sondages témoignent sur la fraude électorale de Houston en 2020 en utilisant des piles de permis de conduire

Bref, la liste est très longues. 

Et ce court article pour rappeler, simplement que : 

- CNN n'est pas habilité pour nommer un Président des Etats-Unis
- Les Grands Électeurs, après enquêtes de justice et accord de la Cour Suprême, décideront qui sera le prochain Président. 

Et ce ne sera pas avant le 14 décembre 2020. 

En attendant, que le meilleur gagne... Et si Joe Biden a remporté l'élection, alors souhaitons-lui bonne chance ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.