L’avenir économique de l’Afrique de l’Ouest passe par le port modernisé de Douala

Il aura fallu que le président Paul Biya prenne la décision de lancer l’indispensable mutation du système portuaire camerounais, qu’il ait la hauteur de vue nécessaire et l’expérience appropriée afin de mettre sur les rails un tel chantier - pour que l'Afrique de l'Ouest commence à respirer un peu.

Le projet de restructuration du Port Autonome de Douala (PAD) était d'autant plus indispensable que le Cameroun reste malgré tout doté d’une stabilité rare en Afrique - ce qui permet au Tchad, au Nigéria ou encore au Congo, de pouvoir importer et exporter des biens en toute sécurité.

Dans l’ensemble des quatre ports initiés par la loi-cadre du 24 décembre 1998, le Port Autonome de Douala (PAD) occupe une place particulièrement importante, d’une part car il est la porte d’entrée et de sortie naturelle de la capitale économique du Cameroun, et que la législation lançant sa rénovation permet d’approfondir la complémentarité avec le port de Kribi, qui est amené à être l’un des principaux ports de la côte africaine occidentale.

Des travaux importants sont donc nécessaires afin que le PAD se lève au niveau des standards internationaux.

Douala Port Security Project © Portsec Sa

Une amélioration des conditions de sécurité du PAD

Pour que le port de Douala soit conforme aux standards internationaux, d’importants travaux sont nécessaires, plus particulièrement en ce qui concerne la mise aux normes de la sécurisation et de la sûreté du site. Sera installé durant les travaux qui commencent en ce mois de février 2019, tout un système de vidéosurveillance ultra-moderne, une mise en place d’accès protégés, des ponts à bascule statiques et dynamiques, permettant de peser des véhicules avec leur cargaison, etc.

Afin d’assurer une surveillance du site, un corps de sécurité professionnel et formé sera déployé. De plus, une réforme de la gouvernance du PAD sera mise en œuvre afin de s’adapter à la nouvelle organisation du port. De plus sera entreprise la rénovation de la voirie, le retrait des épaves, la construction du Duc d’Albe pétrolier. Autrement dit: les dockers seront plus en sécurité, les marchandises n'en parlons pas... 

La fin de la corruption

Un autre objectif poursuivi par la construction du nouveau port autonome de Douala est de permettre une disparition totale de la corruption en accroissant le niveau de la surveillance des marchandises et du suivi de leur transport. Ce point permettra également une augmentation de la productivité et de rendre le PAD plus compétitif par rapport à la compétition régionale en Afrique de l’Ouest. En plus de la lutte contre la corruption, le second élément auquel le gouvernement est attaché est la lutte contre le chômage, et le nouveau port permettra de fournir des emplois dans différents domaines, en particulier celui de la surveillance.

En bref, un projet d'avenir qui se conjugue au présent, et dont les prestataires maritimes s'enorgueillissent. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.