Cambriolage de PalTel à Gaza : les palestiniens découvrent deux suspects

Une source de sécurité Palestinienne a déclaré que ‘la branche militaire du Hamas est à l’origine du cambriolage de l’équipement de la Société Palestinienne de télécommunications (Pal Tel), dans les locaux de la société à Gaza’.

La source a ajouté : ‘Les enquêtes menées par les services de sécurité palestiniens en coopération avec leurs agents à Gaza ont indiqué que l'opération n'était pas un cambriolage ordinaire, commis par des délinquants communs ou par un gang. Il s’agissait plutôt d’un processus de cambriolage organisé et bien pensé, dans lequel une vingtaine de camions et de petites grues ont été utilisés pour le chargement ; l’opération a duré de longues heures sous la haute surveillance des membres des unités militaires affiliées au Hamas’. Il faudrait signaler que les entrepôts de la société palestinienne de télécommunications à Al-Tal [à Gaza] ont été cambriolés le 30 janvier et qu'ils ont été vidés de tout leur contenu, (sauf les appareils servant à une utilisation civile normale dans le domaine des communications).

capture-d-e-cran-2020-11-10-a-23-31-04

La source palestinienne a affirmé qu'un tel processus ‘ne pourrait avoir lieu sans une coopération de l'intérieur de la Société à Gaza’. En effet, la source ajoute que grâce aux caméras de vidéosurveillance, les agents responsables ‘ont pu identifier deux personnes de la Société qui ont participé au processus du cambriolage et elles sont proches du Hamas’. L'un des auteurs travaille dans la collecte et s'appelle Shaker Abu Ajwa (à gauche sur la photo) et l’autre est un ingénieur responsable de la section I.P., appelée Salem Abu Shaira (à droite), tous les deux résidents de Gaza.

D'après les enquêtes, ces deux personnes ont facilité l'entrée du groupe qui a procédé au vidage des entrepôts -en faisant croire que ça faisait partie de leurs tâches quotidiennes -principalement parce que les locaux sont situés à proximité d'un quartier résidentiel, et il serait extrêmement difficile de cambrioler les lieux sans que les habitants s'en aperçoivent ou n'appellent la police.

Dans un communiqué de presse, le ‘Centre Al-Mezan pour les droits de l'homme’ a condamné le cambriolage et a déclaré : ‘Le jeudi 30 janvier 2020, vers 19h00, des inconnus sont entrés par effraction dans l'entrepôt de la Société Palestinienne de Télécommunications (Paltel) à Al-Zawaida et ont cambriolés les lieux. Selon les informations, une quarantaine de personnes en civil et a visage découvert ont pris d'assaut l'entrepôt et ont commencé à transférer les équipements dans des chariots à l'extérieur de l'entrepôt ; le processus a duré quatre heures et demie, en se poursuivant jusqu'à environ 23h30. Les ouvriers et gardes, qui étaient présents sur les lieux pendant le cambriolage, n’ont pas été blessés’.

La police du Hamas a annoncé qu'une grande partie du matériel volé avait été restituée (sans révéler comment ledit matériel avait été retrouvé), tandis que la société de télécommunications a publié un communiqué de presse indiquant que l'équipement de base n'avait pas été récupéré jusqu'à présent, et que la plupart des équipements et dispositifs manquaient toujours.

Il faudrait mentionner dans ce contexte que ce cambriolage nuira inévitablement au travail de la Société Palestinienne de Télécommunications à Gaza et qu'Israël a informé la Société qu'il n'autoriserait pas le transfert de nouveaux dispositifs ou équipements dans la bande de Gaza jusqu'à nouvel ordre. Israël a insisté que la responsabilité de la Société est de récupérer ses équipements et appareils, qui sont en réalité des biens à double usage ; c’est-à-dire qu’en dehors de leur cadre d’usage prédéterminé, ils pourraient aussi être utilisés dans un contexte militaire i.e. communication, contrôle, surveillance, etc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.