La maladie du baiser touche de plus en plus les jeunes !

On l'appelle la "maladie du baiser" parce que le virus (dit d'Epstein-Barr) qui en est responsable se transmet par la salive. Mais comment savoir qu'on souffre de mononucléose ? Les symptômes diffèrent en effet selon l'âge. Savoir les reconnaître chez l'enfant et l'adolescent permet de limiter la contagion de l’entourage. Côté traitement, pas grand chose à proposer !

La mononucléose (ou maladie du baiser) n'apparaît qu'une seule fois au cours de la vie de l'individu. C'est une infection sans gravité dans la très grande majorité des cas. "On estime que 90 à 95 % des adultes ont déjà eu la mononucléose, très souvent sans qu'ils le sachent", affirme le Dr Nathalie Roda. Si elle peut atteindre tout le monde, peu importe l'âge ou le sexe, elle touche toutefois particulièrement les adolescents et les adultes jeunes.

Le virus de la mononucléose se transmet par la salive : baisers, échange de verre, de couverts ou de bouteille d’eau, projections lors d’un épisode de toux… Malgré tout, la mononucléose infectieuse est la plupart du temps asymptomatique : elle n’entraîne aucun symptôme perceptible.

Les principaux symptômes de la mononucléose surviennent au terme d'une période d'incubation pouvant aller de 2 à 3 semaines et se traduisent par :

  • une importante fatigue,
  • Mal de gorge,
  • une fièvre élevée (supérieure à 39 °C) et persistante (1 à 2 semaines),
  • migraines et maux de tête,
  • une perte d'appétit,
  • Une augmentation du volume de la rate (en haut à gauche de l’abdomen) et du foie (en haut à droite de l’abdomen), perceptible au toucher.
  • des ganglions au niveau du cou et/ou des aisselles,
  • courbatures et/ou douleurs musculaires
  • une possible éruption cutanée sur le tronc, les cuisses et les bras.
  • Une perte d’appétit 

"Toutefois, aucun de ces symptômes n'est systématique en cas de mononucléose", nuance Nathalie Roda. 

Côté traitement ? Pas grand chose ! 

Le maître-mot du traitement de la mononucléose est le repos prolongé. Des stimulants tels que la gelée royale ou la vitamine C peuvent aider à lutter contre la fatigue prolongée, ainsi que la faiblesse engendrée par le manque d’appétit. Cette maladie, qui guérit d'elle-même au bout de quatre semaines environ.

A l'heure des premiers amours de nos ados, gardez l'œil ouvert !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.