Des avions chinois, à charge nucléaire, violent l'espace aérien de Taïwan

Vingt-cinq avions de l'armée de l'air chinoise, y compris des chasseurs et des bombardiers à capacité nucléaire, sont entrés lundi dans la zone d'identification de défense aérienne (ADIZ) de Taiwan, a déclaré le gouvernement de l'île, la plus grande incursion signalée à ce jour.

Bien qu'il n'y ait eu aucun commentaire immédiat de Pékin, la nouvelle intervient après que le département d'État américain a publié vendredi de nouvelles directives qui permettront aux responsables américains de rencontrer plus librement les responsables taïwanais, approfondissant encore les liens avec Taipei.

Taïwan, revendiqué par la Chine, s'est plaint au cours des derniers mois des missions répétées de l'aviation chinoise près de l'île autonome, concentrée dans la partie sud-ouest de sa zone de défense aérienne près des îles Pratas contrôlées par Taiwan.

La dernière mission chinoise a impliqué 14 chasseurs J-16 et quatre J-10, ainsi que quatre bombardiers H-6K, qui peuvent transporter des armes nucléaires, deux avions anti-sous-marins et un avion d'alerte rapide, a déclaré le ministère de la Défense de Taïwan.

C’était la plus grande incursion quotidienne depuis que le ministère a commencé à rendre compte régulièrement des activités de l’armée de l’air chinoise dans l’ADIZ de Taiwan l’année dernière.

Le ministère a ajouté que des avions de combat avaient été envoyés pour intercepter et avertir les avions chinois, tandis que des systèmes de missiles étaient également déployés pour les surveiller.

Dans le passé, la Chine a décrit ces missions comme visant à protéger la souveraineté du pays et à faire face à la «collusion» entre Taipei et Washington. Les États-Unis, qui comme la plupart des pays n'ont pas de relations diplomatiques formelles avec Taiwan, ont observé avec inquiétude l'intensification des tensions avec Pékin. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré dimanche que les États-Unis étaient préoccupés par les actions agressives de la Chine contre Taïwan et a averti que ce serait une «grave erreur» pour quiconque d'essayer de changer le statu quo dans le Pacifique occidental par la force.

La Chine décrit Taiwan comme son problème territorial le plus sensible et une ligne rouge que les États-Unis ne devraient pas franchir. Elle n’a jamais renoncée à l’usage éventuel de la force pour assurer une éventuelle unification.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.