Comment le Hamas utilise l'argent Qatari ?

Ce n'est même plus un secret de polichinelle : le Hamas obtient la part du lion des fonds Qataris destinés à Gaza. Israël autorise le transfert de cet argent de ‘protection’ - mais au lieu de donner une ‘protection’, le filet dévastateur de missiles de la période d'avant 2014 a fait son grand retour récemment, augmenté par des lots quotidiens de ballons incendiaires.

qass

De plus, cela n’est pas vraiment une conjecture théorique ; le Hamas le dit haut et fort et a les chiffres pour le confirmer.

Lors d'un récent événement intitulé ‘Rencontre Avec La Presse’, organisé par le ministère du Développement et des Affaires sociales contrôlé par le Hamas, un haut fonctionnaire du ministère, Muhammad Hamada, a rapporté que l’équivalent d’environ 68 millions d’euros d'argent Qatari, a été décaissé à Gaza jusqu'en Février 2020. Hamada a aussi involontairement révélé que le Hamas avait pris de loin la part du lion, probablement pour développer son infrastructure militaire.

De même, selon Hamada, lesdits fonds ont été distribués à 70.000 familles. Il a ensuite détaillé, de manière très minutieuse, comment l'argent était dépensé. Le problème est que lorsqu'on additionne tous les fonds censés être alloués à toutes les populations identifiées, ils ne totalisent que 14.986.244 €. Si les affirmations de Hamada sur la taille des distributions aux personnes issues de milieux défavorisés de Gaza sont exactes, cela signifie que 52.205.376 €, soit près de 80%, ne sont pas comptabilisés.

Comment savons-nous en réalité que le reste est allé au Hamas ? Peut-être que le fonctionnaire ne pouvait pas vraiment parcourir tous les éléments-clé par crainte de perdre son audience ; peut-être qu’il a simplement décidé de mettre en avant les distributions qui gagneraient le plus grand soutien parmi les habitants de Gaza. C’est en théorie possible, mais de facto peu plausible. La liste des populations-cibles et les montants qui leur sont distribués vont de 100.000 personnes qui ont reçu collectivement plus de 14 millions € à 108 mendiants qui ont reçu un total de 10.000 dollars (certains fonds ont été fournis en dollars). On peut sans aucun doute supposer que si les 52 millions € non comptabilisés avaient été distribués aux citoyens de Gaza, ils auraient été sur la liste de Hamada. Après tout, l’événement ‘Rencontre Avec La Presse’ visait à persuader la population Gazaouite que la stratégie d’extorsion du Hamas contre Israël fonctionne à son avantage. Même en mettant de côté l'argent manquant et en comparant les décaissements qui ont été divulgués, on voit que le schéma de distribution est fortement biaisé en faveur du Hamas. Prenons l'exemple des 100.000 bénéficiaires, le plus grand groupe-cible. Ils ont reçu en moyenne 125€ chacun. Comparez cela au premier élément de la liste de Hamada, 156 familles de « martyrs ». Chaque famille a reçu plus de 1.700€, soit 14 fois plus que les personnes en difficulté.

Il faut souligner que les 257 fonctionnaires du gouvernement embauchés par le Hamas, licenciés par le soi-disant « gouvernement d’unité », n'ont donc pas reçu de salaire de Ramallah. Ils ont reçu un peu moins de 1.700€ chacun. Encore une fois, comparez cela à l'aide apportée aux prisonniers et à leurs familles, qui s'élève à moins de 125€ chacun, ou aux familles avec enfants -ayant des besoins spéciaux-, qui reçoivent moins de quatre dollars par enfant de l'argent qatari (qui sont aussi censés bénéficier de prestations sociales versées par l'Autorité Palestinienne à Ramallah).

Voilà ce qui fait -en vérité- un mouvement salué dans les livres et les revues académiques pour son profond engagement en faveur du bien-être social. Les raquettes de protection fournissent une ‘protection’… pour le profit. Une grande partie de ce profit est ensuite réinvestie dans l'organisation pour la rendre encore plus puissante. L’événement ‘Rencontre Avec La Presse’ de Hamada a révélé -sans l’ombre d’un doute- qu’avec chaque sac d’argent Qatari distribué à Gaza, le Hamas devient encore plus fort. Les missiles deviennent plus meurtriers et les réseaux souterrains internes plus élaborés.

 L'ironie, c’est que le Hamas est autorisé à recevoir et à dépenser l’argent Qatari dit ‘de protection’ sans pour autant offrir une quelconque ‘protection’. En général, quelque 100.000 familles de Gaza sont éligibles à recevoir l'aide financière Qatarie. Par conséquent, d'énormes foules de gens apparaissent dans les centres de distribution, y compris des militants du Hamas ayant un statut et un pouvoir au sein du Hamas. Ils se déguisent en nécessiteux, afin de bénéficier de subventions Qataries. En outre, quiconque remporte un appel d'offres pour travailler à Gaza au niveau des infrastructures est tenu de payer une ‘commission’ de 10 à 22% au Hamas, afin de s'assurer que son travail se fera en toute sécurité.

 Est-ce que le Qatar sait véritablement ou va son argent ? Est-ce que les dirigeants Qataris sont au courant que le Hamas détourne systématiquement les fonds Qataris et utilise les mêmes pour acheter des armes, pour financer la construction de tunnels afin d’attaquer Israël et pour construire des bases militaires pour sa branche armée ?

De fait, on n’entend pas parler de l’assujettissement des Palestiniens par le Hamas, de son pillage de l’aide humanitaire ou de son utilisation grotesque de civils palestiniens comme boucliers humains. Pas de référendums, pas de boycotts, pas de pétitions, pas de manifestations. Il n’a jamais été nécessaire de faire preuve de beaucoup d’intelligence pour déterminer où se trouve réellement la responsabilité de la souffrance des Gazaouites.

Bossuet disait : ‘Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils continuent à chérir les causes’. Donc, la vraie question pour les dirigeants Qataris c’est : ‘De quel côté de l’Histoire voulez-vous être’ ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.