La Grèce construit une barrière contre une invasion de migrants Afghans

La Grèce a annoncé vendredi avoir achevé une clôture de 40 km à sa frontière avec la Turquie et qu'un nouveau système de surveillance était en place pour empêcher d'éventuels demandeurs d'asile d'essayer d'atteindre l'Europe après la prise de contrôle de l'Afghanistan par les talibans.

Les événements en Afghanistan ont alimenté les craintes dans l'Union européenne d'une répétition de la crise des réfugiés de 2015, lorsque près d'un million de personnes fuyant la guerre et la pauvreté au Moyen-Orient et au-delà sont entrées en Grèce depuis la Turquie avant de se rendre au nord vers des États plus riches.

La Grèce était en première ligne de cette crise et a déclaré que ses forces frontalières étaient en alerte pour s'assurer qu'elle ne redevienne pas la porte d'entrée de l'Europe.

La crise afghane a créé des "possibilités de flux de migrants", a déclaré le ministre de la Protection des citoyens Michalis Chrisochoidis après s'être rendu vendredi dans la région d'Evros avec le ministre de la Défense et le chef des forces armées. "Nous ne pouvons pas attendre passivement l'impact possible", a déclaré Chrisochoidis aux journalistes. "Nos frontières resteront sûres et inviolables."

Chrisochoidis a déclaré que l'extension de la clôture existante de 12,5 kilomètres avait été achevée ces derniers jours, ainsi qu'un système de surveillance électronique automatisé de haute technologie.

Les arrivées de migrants en Grèce, que ce soit par voie terrestre ou maritime, ont globalement ralenti depuis 2016, lorsque l'UE a conclu un accord avec la Turquie pour endiguer les flux en échange d'un soutien financier.Vendredi, le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis et le président turc Tayyip Erdogan ont discuté de l'Afghanistan au téléphone.

La Grèce a durci sa politique migratoire ces derniers mois en clôturant ses camps de migrants et en lançant des appels d'offres à l'échelle de l'UE pour construire deux installations de type fermé sur les îles de Samos et Lesbos, près de la Turquie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.