L'anti-vax Eric Clapton demande un pass sanitaire pour ses concerts...

Le musicien, qui a juré de ne jamais faire de concert en demandant un pass sanitaire, vient de faire une "Francis Lalanne" - en demandant un pass sanitaire obligatoire pour pouvoir assister à son show...

Samedi soir, Eric Clapton est monté sur scène au Smoothie King Center de la Nouvelle-Orléans. Cet événement est remarquable non seulement parce qu'il nous a alertés sur le fait qu'il existe une salle de concert appelée «Smoothie King», mais aussi parce qu'en faisant cela, le musicien anti-vax a finalement reculé sur ses positions contre les mesures de santé publique. 

Alors que le reste de l'industrie musicale américaine a adopté le pass sanitaire, Clapton a pris le contre-pied, jurant de ne jamais se produire dans un lieu nécessitant une preuve de vaccination. Il a rompu cette promesse absurde en jouant au Smoothie King, qui, selon son site Web, suit les réglementations de la Nouvelle-Orléans qui exigent que tous les détenteurs de billets de 12 ans et plus, ainsi que le personnel et les participants, prouvent qu'ils ont reçu au moins une dose d'un vaccin anti Covid -19 (ou fournissent un test négatif effectué dans les 72 heures). 

Clapton avait tenu un grand discours anti-vax en juillet, après que Boris Johnson ait annoncé que des laissez-passer de vaccin seraient nécessaires pour entrer dans les boîtes de nuit et les lieux de vie au Royaume-Uni. «Je tiens à dire que je ne jouerai sur aucune scène où il y a un public discriminé. À moins qu'il n'y ait des dispositions pour que toutes les personnes y assistent, je me réserve le droit d'annuler le spectacle" avait-il dit.

Clapton, qui était auparavant célèbre pour ses talents de guitariste, a passé l'année dernière à se plaindre des réglementations Covid-19 et des vaccinations. Tout d'abord, il s'est associé à Van Morrison pour écrire les morceaux contre les couvre-feu avant de sortir sa propre chanson, "This Has Gotta Stop". Le musicien est lui-même vacciné, mais a regretté cette décision, exposant les effets secondaires prétendument «catastrophiques» dont il a dit avoir souffert. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.