Samira Dellaa
Experte en relations internationales
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2021

Connaissez-vous Stella Nyanzi, activiste politique qui utilise le sexe comme arme ?

Ses protestations sexuellement explicites ont été comparées à de la pornographie, mais la militante et écrivaine ougandaise Stella Nyanzi affirme que le sexe est le moyen le plus efficace – et le plus divertissant – de sortir les gens de leur apathie.

Samira Dellaa
Experte en relations internationales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"J'ai appris très tôt qu'il y a des sujets en Ouganda qui sont sans intérêt aux yeux des citoyens et (...) la seule façon d'attirer l'attention est d'introduire une valeur de choc", clame cette activiste politique de 47 ans.

Beaucoup de gens sont choqués par les méthodes de Nyanzi. Une fois, elle surnomme le Président "petite paire de fesses"... D'autres fois, elle découvre ses seins lors d'une audience au tribunal.

Mais cette ancienne chercheuse universitaire, qui détient un doctorat sur la sexualité en Afrique et qui compte près de 300 000 abonnés sur Facebook, est impénitente.

"Dire à un régime violent, militant, brutal qu'il est violent, qu'il faut arrêter, ca n'a pas autant d'impact que de dire... "niquez les violeurs, coupez le bite du dictateur !"

Elle a payé le prix fort pour sa volonté de défier l'autorité - emprisonnée pour "cyber-harcèlement" en 2019 après avoir publié un poème profane sur Facebook à propos de Museveni et avoir fait une fausse couche après avoir été battue en prison.

Figure polarisante, Nyanzi s'est attiré le mépris des conservateurs religieux, et même de certaines féministes, qui critiquent son inlassable concentration sur le sexe. "J'en ai marre que les féministes me disent à quel point j'ai tort et que je ne peux pas faire ça et à quel point c'est anti-féministe", dit-elle. "Permettez-moi simplement d'être libre, de mener ma propre réflexion et ma propre protestation", a-t-elle déclaré dans la presse cette semaine, soulignant que son approche sans restriction de la sexualité est basée sur la culture ougandaise pré-chrétienne et vise à autonomiser les femmes en les encourageant pour discuter de sujets tabous.

Sa tactique emprunte également à une tradition politique de « grossièreté radicale », qui trouve ses racines dans la lutte anti-coloniale du pays.

Et tandis que ses diatribes en ligne fulgurantes comparant le régime de Museveni aux morpions lui ont valu le label de "femme la plus grossière d'Ouganda", la stratégie a également fait d'elle une star des médias sociaux à l'extérieur du pays.

Les menaces en ligne de trolls pro-gouvernementaux ne la dérangent pas. "Je ne cherche pas l'amour et les câlins", a-t-elle déclaré. "Je vais sur les réseaux sociaux très consciemment et très délibérément pour dire la vérité au pouvoir, vérité que nos médias publics traditionnels ne disent plus."

Nyanzi s'est enfuie au Kenya plus tôt cette année après que son partenaire aurait été enlevé et torturé. Bien qu'elle soit depuis retournée à Kampala, elle envisage la possibilité d'une vie en exil pour protéger ses trois enfants.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel