L'Angola change !

L'Angola est un pays à revenu intermédiaire d'Afrique australe, pays actuellement en transition politique. Depuis le changement de leader en 2017, une nouvelle impulsion se produit, avec une volonté politique de répartir les ressources de manière équitable.

L'Angola a connu l'une des croissances les plus rapides du continent africain au cours des dernières décennies, mais son succès économique reposait presque exclusivement sur le pétrole, qui représente 93% des exportations totales de marchandises. Ainsi, lorsque les prix du pétrole se sont effondrés en 2014, la croissance est tombée en dessous de 1% et les recettes publiques ont suivi dans son sillage.

Après l’élection de Lourenço, le nouveau Président s’est immédiatement concentré sur la diversification de l’économie du pays; le gouvernement a jeté son dévolu sur des secteurs qui pourraient être plus respectueux de l'environnement, tels que les industries du café et de la pêche, dans le but de créer plus d'emplois pour les couches défavorisées de la société.

Le Président de l'Angola @Wikimedia Le Président de l'Angola @Wikimedia

De même, depuis son entrée en fonction en 2017, le président João Lourenço et son administration ont commencé à mettre en œuvre des réformes pour promouvoir les investissements et stimuler la compétitivité. Le gouvernement a entamé un processus de privatisation complet de 195 entreprises. Des lois établissant les principes de l'investissement privé et favorisant la concurrence sur le marché ont été approuvées et des mesures de lutte contre la corruption ont été prises. Le gouvernement a également libéralisé le taux de change.

L'un des domaines avec le plus grand potentiel? L'agriculture.

L'Angola était autrefois un important producteur et exportateur de produits agricoles, de café, de canne à sucre... mais les exportations ont presque cessé dans les années 90 en raison de la faiblesse des prix mondiaux et du manque d'investissements. L'Angola importait plus de la moitié de sa nourriture avant que la dévaluation de la monnaie ne s'accélère en 2019, augmentant le coût des marchandises de l'étranger. La production agricole a cependant augmenté - et davantage d’investissements privés pourraient faciliter la diversification de l’agro-industrie, comme le souligne le Diagnostic du secteur privé par pays (CPSD) de la Banque mondiale pour l’Angola.

Néanmoins, les ambitions du gouvernement angolais de réformes de grande envergure visant à diversifier l’économie loin du pétrole, à accroître les investissements étrangers et nationaux et à promouvoir le développement du secteur privé sont gravement touchées par la pandémie de Covid-19. L'ambassadrice de l'UE en Angola, Jeanette Seppen, a déclaré dans une interview avec Lusa que la planification des fonds de l'UE en Angola pour les années à venir est actuellement en cours. Jusqu'à présent, un soutien de plus de 130 millions d'euros a été accordé et l'UE et l'Angola "s'occupe désormais de la planification pour les six à sept prochaines années." L'ambassadrice Seppen a également indiqué que la programmation financière servira à "soutenir l'Angola vers une économie plus verte, plus durable et plus résiliante" et devrait commencer à être mise en œuvre au cours du premier semestre de cette année.

Les partenariats avec l’Angola découlent de la-dite «voie commune», un cadre global sur lequel repose les relations institutionnelles entre le bloc européen et le pays, et qui comporte des aspects politiques, économiques et sociaux. Le soutien de l'Union européenne à la diversification économique et, actuellement, la lutte contre la pandémie de covid-19, sont parmi les thèmes les plus cruciaux traité par cette collaboration.

Dans l'ensemble, les réformes structurelles devraient contribuer à la reprise économique à partir de 2021. Les investissements stratégiques dans les infrastructures, le capital humain et les marchés du crédit ne manqueront pas de diversifier l’économie angolaise, d’améliorer le solde de son compte courant et de générer des réserves internationales (environ 98% des exportations sont du pétrole et des diamants) à long terme.

En 2021, le gouvernement pari sur des investissements accrus dans l'énergie afin de stimuler la croissance. Des investissements dans les activités et Des chaînes de valeur basés sur l'agriculture, la pêche et la pétrochimie, combinés à la mise à niveau des compétences et au développement du capital humain, conduiront à la réalisation des objectifs de développement national et à une amélioration globale du bien-être social.

Enfin, l'Angola aurait du fait passer de la catégorie des pays les moins avancés (PMA) à celle des pays à revenu intermédiaire (PRI) en février 2021. Cependant, le reclassement de l'Angola a été reporté de trois ans, suite à une résolution adoptée par le Assemblée générale des Nations Unies le 12 février 2021 - en raison de la vulnérabilité socio-économique du pays et des difficultés provoquées par la pandémie de covid-19. Même si la Covid-19 a causé de nombreux revers à l’économie angolaise, l'avancement du pays constituera une étape importante vers le développement durable, la résilience et l’autosuffisance. Oui, l'Angola est en train de changer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.