La Française des Jeux de la pub face à la FDJ de la réalité...

Il y a quelques semaines, la LDJ rentrait en bourse. Pour attirer les parieurs, elle faisait la promotion de son enseigne dans des clips montrant sa générosité. Mais quand un malade remporte un gros lot et qu'il ne peut retirer son gain à temps, car il est hospitalisé, la FDJ refuse de payer...

L'histoire de Lucien Bolivar a été publiée ce matin dans Le Parisien. Lucien, 72 ans, le regard fatigué, et dans un survêt qui ne doit pas dater d'hier, ressemble à ces joueurs de bar qui tentent leur chance et rêvent de l'embellie toute leur vie durant. Un PMU par-là, un morpion par-ici... Et des Loto pour certaines cagnottes. Le rêve de s'en sortir avec 1 euro. 

Le 4 mai 2018, Lucien gagne 1 million d'Euro au jeu My Million. "J'étais alors hospitalisé, je suis malade du cœur. Puis, j'ai eu une période de convalescence et il m'était interdit de sortir du lit" explique-t-il au journaliste du Parisien. "Un jour, on m'a dit qu'un habitant de ma ville avait gagné le million, mais qu'ils le recherchaient. J'ai su que c'était moi." Lucien allait s'en sortir. Vivre. Profiter de sa retraite et faire profiter les siens. Oublier, au moins un peu, sa malade cardiaque et ses souffrances. 

La suite de l'affaire est bien moins sympathique. 

"Je suis entré en contact avec la FDJ et j'ai expliqué que je ne pouvais me déplacer. J'avais une attestation médicale et tous les papiers. Je devais, pour gagner mon argent, envoyer le billet par Chronopost." 

Il fait quand même une photocopie de son ticket gagnant et la tenante du bar où il avait encaissé le ticket connaît bien le joueur. Tout semble aller dans son sens. Les suivis du colis attestent de l'arrivée du colis à la FDJ... mais cette dernière dément avoir reçu, et encore moins "dans les 60 jours impartis", le ticket du gagnant.

Entre temps, on apprend que le billet aurait été volé par un autre individus, qui tenterait de se faire payer à Boulogne-Billancourt. 

Bref... Le pigeon, Lucien Bolivard, est défaitiste... "que faire ?" se lamente-t-il à présent ? "J'aurais pu avoir une meilleure vie, mais le Seigneur en décide autrement." 

Pour ma part, je crois que la société civile devrait se soulever pour Lucien. Au lieu de faire des cagnottes pour des cheminots privilégiés, elle devrait en faire une pour ce Lucien qui, lui, véritablement, mérite qu'on l'aide...

Et cette histoire ne m'aurait pas touchée plus que cela si la FDJ n'avait pas promu sa générosité dans des clips télévisés le mois dernier. 

FDJ | Origines, le film © FDJ

"À l’issue de la Première guerre mondiale, deux « gueules cassées », Bienaimé Jourdain et Albert Jugon, ont l’idée de créer une loterie pour permettre de récolter des fonds et venir en aide à ces blessés de guerre. Héritière de la loterie nationale, FDJ permet aujourd’hui encore aux joueurs de gagner de l’argent, mais aussi de soutenir des actions d’intérêt général" affirme la pub. 

Lucien, gueule cassée moderne, ne vous dit pas merci. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.