Faillites et fermetures en séries...

Les chiffres ne parlent pas. En 2020, il y a eu moins de faillites qu'en 2019. Un indicateur qui, pourtant, est totalement biaisé. Car si les entreprises se sont sur-endettées avec le premier confinement, le second va les tuer.

Le couperet est tombé. L’enseigne de prêt-à-porter masculin Celio, qui avait été placée en procédure de sauvegarde fin juin, prévoit la « fermeture de 102 magasins en succursales et la suppression de 383 postes » dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). 

Le groupe compte à l'heure actuelle 1.500 magasins dans 46 pays, dont 478 magasins en France, et 4.200 collaborateurs dans le monde, dont 2.416 en France au 1er octobre 2020. "Une partie de ce réseau est source de pertes financières importantes en raison de la baisse de rentabilité de certains magasins", selon Celio. "Nous allons dans les mois à venir accélérer notre transformation", indique Gaëlle de la Fosse, présidente du groupe. 

N’ayant pu obtenir de prêt garanti par l’Etat, Celio a sollicité cet été une procédure de sauvegarde pour mettre sur pied un plan de relance, qui passe donc aujourd’hui par une rationalisation de son parc tricolore. A l'heure actuelle, aucune restructuration n'est envisagée à l'international.

Mais Celio n'est pas le seul...

Gap, la célèbre marque américaine, va-t-elle prochainement disparaître du secteur de l’habillement en France et dans le reste de l’Europe ? C’est ce que révèlent nos confrères du journal Le Monde le 21 octobre 2020. Selon le quotidien, Gap compte fermer l’ensemble de ses boutiques sur le Vieux Continent d'ici le mois de juillet 2021.

La marque Gap possède 21 magasins en France et y emploie près de 500 salariés. Déjà en difficulté depuis quelques années, Gap avait annoncé en 2019 la fermeture de 8 points de vente dans le pays, dont la fameuse boutique située sur l’avenue des Champs-Élysées à Paris.

À Rennes, c'est le géant du meuble Alinéa qui a fermé. Dans le Nord, c'est un Castorama qui a mis la clef sous la porte. Dans l'Est, à Forbarch, Sing-Sing a fait faillite. Tout comme les meubles Courtin au Mans ou le Maxi-Bazar à la Roche-Sur-Yon. 

Bref, 2021 vera une explosion de la détresse financière, de la colère sociale... Et 2022, année présidentielle, promet beaucoup pour les petits partis avides de désespoirs.   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.