Samotosar
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 janv. 2020

Louise, infirmière libérale, née en 1989

A tous ceux qui ont arraché la conservation de leur régime de retraite Tant mieux pour vous, sincèrement, tant mieux si la précarisation se limite. Moi, je sais que je n'ai pas de quoi négocier. Entre obligation de continuité des soins et responsabilité morale, mon droit de grève est bien invisible...

Samotosar
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A tous ceux qui ont arraché la conservation de leur régime de retraite

Tant mieux pour vous, sincèrement, tant mieux si la précarisation se limite.

Moi, je sais que je n'ai pas de quoi négocier. 

Entre obligation de continuité des soins et responsabilité morale, mon droit de grève est bien invisible...

Parce que si j’arrête de bosser, les seules personnes que je laisse dans la merde, ce sont mes patients, pas les décideurs politiques du gouvernement.

Parce que,

je ne peux pas clouer un avion au sol, 

je ne peux pas immobiliser un train, 

je ne peux pas bloquer une route avec une file de tracteurs, 

je ne peux pas jouer les escargots, en 35Tonnes sur l'autoroute

Alors sûrement, j'irai bosser pour gagner moins et plus longtemps ; si j'arrive jusque là.

Parce qu' à aider les personnes au quotidien, à accompagner leur corps, bien souvent écouter leurs angoisses et parfois se taire quelques instants pour une âme qui passe, on vieillit vite.

Parce qu'à faire 1000 bornes en une semaine, avoir des amplitudes horaire de 16 heures, être sur la route n'importe quel jour de l'année, par n'importe quel temps, répondre au téléphone à n'importe quelle heure du jour et parfois se lever la nuit puis y retourner encore quelques heures tard, on vieillit vite. 

Parce qu'à force de mouvements répétitifs, de positions parfois acrobatiques dans des salles de bains exiguës... 

non,non, je ne divague pas, je parle bien d'accompagner des personnes âgées dans leur quotidien, dans leur douleur, dans leur solitude trop souvent, on vieillit vite.

Mais on apprend. On écoute ce que nos anciens nous disent. 

Souvent vous les entendez dire "on ne peut pas être et avoir été".

Mais ce que nous devrions entendre, dans les silences, serait plutôt 

"nous avons été ce que vous êtes, vous serez ce que nous sommes". 

Je nous souhaite d'avoir construit d'assez grandes solidarités pour ne pas vieillir et mourir seul, pour être accompagnés. 

Et c'est aussi pour ça que j'ai choisit ce métier, mais pour le défendre, je n'ai pas de quoi négocier. 

Finalement ça n'a pas beaucoup d'importance... à quoi bon négocier,

si c'est pour vieillir vite

à gagner sa vie

à accompagner les vieux -que nous sommes-

alors vivons mieux

rêvons tout

réinventons tout ça

                                                                                                   Louise, infirmière libérale, née en 1989

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart