Samotosar
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mai 2011

Nouvelles actions anti-pub du collectif des Déboulonneurs

Samotosar
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis 2005, le collectif national des Déboulonneurs et Déboulonneuses lutte contre les agissements nuisibles du système publicitaire par la désobéissance civile non violente.

La publicité est en effet un des principaux piliers de l’hyper-consommation qui caractérise notre société. Elle a ainsi sa part de responsabilité dans les fléaux de santé publique que sont l’obésité et l’alcoolisme, encourage le sur-endettement, dégrade l’image de la femme et pollue nos rêves en véhiculant des clichés réducteurs. Elle cible prioritairement les publics les plus fragiles comme nos enfants, qu’elle conditionne dès leur plus jeune âge.

De plus, la publicité envahit nos vies : nous subissons 3000 messages publicitaires par jour (On achète bien les cerveaux. Médias et publicité, par Marie Bénilde) et nos paysages sont massacrés.

Les Débouloneurs et Déboulonneuses contestent la place prise, souvent illégalement (près de 30% des panneaux sont illégaux d’après une étude de Que choisir d’avril 2002), par la publicité dans l’espace public, là où on ne peut pas l’éviter (impossible de « zapper » comme à la télévision). Notre principale revendication est la réduction de la taille (à 50x70cm, comme l’affichage associatif et politique, contre 4x3m actuellement, voire beaucoup plus) et de la densité des panneaux publicitaires.

Dans ce but, les collectifs locaux de Lyon, Paris, Tours, Lille, Rouen, etc. multiplient les actions symboliques de mise hors d’état de nuire de panneaux publicitaires dans l’espace public et se sont attirés les foudres des propriétaires des panneaux : plusieurs procès ont été intentés pour dégradation légère de mobilier urbain (3 sont d’ailleurs en cours, nous avons besoin de votre soutien moral et financier : http://rap.aiderenligne.fr/Soutien-aux-deboulonneurs.html), le dernier en date ayant été gagné (http://www.deboulonneurs.org/article427.html). Mais le combat est loin d’être terminé, la réglementation (Grenelle 2) étant de plus en plus laxiste envers les publicitaires.

Le week-end du 28-29 mai les collectifs locaux de Déboulonneurs et Déboulonneuses se sont réunis à Lyon pour échanger sur leurs pratiques respectives et réfléchir aux actions envisageables contre les nouveaux supports de publicité (écrans, bâches immenses, etc) et en ont profité pour frapper fort en plusieurs lieux symboliques :

· Le samedi 28/05 à 18h30, place Bellecour, Gérard Collomb (maire de Lyon) a été publiquement interpellé (malheureusement en son abscence) au sujet des bâches géantes fleurissant en ville, et notamment celle de 1300 m2 à l'effigie de Coca-Cola (berk !!).

Cette bâche publicitaire est une aubaine pour l'argumentation des Déboulonneurs et Déboulonneuses : outre sa taille - absolumment démente, son emplacement - dans le coeur historique de Lyon où la publicité est normalement interdite, elle promeut la consommation d'une boisson sucrée (même light !) dangereuse pour la santé (lien direct avec obésité) grâce à 3 jeunes femmes court vétues au regard aguicheur (appelant le passant à consommer... mais quoi ?).

A l’instar de Patrick Le Lay (ex-PdG de TF1), Collomb ne vendrait-il pas de l’espace de cerveau disponible à Coca Cola / Google / Levis / Adidas ?

Des membres du collectifs sont ainsi montés sur les échaffaudages (déclenchant l'alarme... c'est cool ça a fait plein de bruit et ameuté les passants !!) pour déployer une banderole "VILLE VENDUE A LA PUB" pendant que d'autres prenaient la parole au micro (un membre du collectif se faisant même passer pour le propriétaire de l'affiche... au risque de se faire insulter par les passants !!!) et tractaient dans cette avenue commerçante. La jonction avec le rassemblement « Pour une démocratie réelle maintenant ! » de Lyon (campement permanent et AG place Bellecour tous les jours à 19h) avait été organisée et a été très positive, le combat anti-pub rejoignant la volonté de changer le système actuel avant qu'il ne s'effondre : sans pub commerciale -> moins de consommation -> récession (on pourrait dire moins de croissance mais il y en a si peu...) -> effondrement du système capitaliste marchant de sur-consommation !

· Le dimanche 29/05 à 14h, le rendez-vous était donné devant le temple lyonnais de la consommation (et donc de la publicité), nous avons nommé le centre commercial de la Part Dieu ! Plusieurs panneaux ont été neutralisés à l’aide de bombes de peinture et affiches. Les nombreux sympathisant-e-s ont participé à cette action festive (bravo aux musiciens et chanteurs !!) avec des craies et marqueurs !

PS : les contacts avec la police ont été très cordiaux, dans la ligne de la désobéissance civile : ces derniers temps, il semblerait qu'ils nous ignorent (même pas de contrôle d'identité !), donc venez nombreux et nombreuses aux prochaines actions des Déboulloneurs et Déboulonneuses !!!!

www.deboulonneurs.org

contact[a]deboulonneurs.org

deboulonneurslyon@no-log.org

deboulonneurs_lille[a]no-log.org

deboulonneurs.paris[a]no-log.org

nonviolencerouen[a]wanadoo.fr

deboulonneurs[a]crep-stqy.net

deboulonneurs.tours[a]gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Salaires
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra