Les jeunes entrepreneur•es solidaires et écologiques contre la loi Sécurité Globale

Monsieur le Président, nous vous interpellons. En pleine crise sanitaire, sociale et économique, il est plus que jamais urgent que les forces de l’ordre gardent la paix, et non qu’elles provoquent la discorde et aggravent les injustices.

Nous, jeunes entrepreneur•es engagées au quotidien sommes révolté•es, profondément choqué•es et dégoûté•es par les dérives du gouvernement français. 

Nous qui œuvrons pour défendre les plus démuni•es, qui pallions les manquements de l’État sur le terrain, qui assurons des missions d’intérêt général, refusons d’être complices d’un État policier et liberticide. 

Nous qui chaque jour luttons pour préserver la dignité et l’intégrité de tou•tes, sans distinction de genre, de religion ou d’origine ethnique, ne pouvons accepter que celles et ceux qui nous gouvernent ferment les yeux et par là-même cautionnent les usages illégitimes de la violence légitime.

Ce n’est pas ce pour quoi nous avons voté en 2017. Le projet de loi pour l’(in)sécurité globale n’est pas digne d’un État de Droit. 

Les images de Michel Zecler et les mensonges de ses agresseurs ne sont pas les résultats d’une “bavure” : c’est un déchaînement systématique - et endémique - de la violence dite légitime pour des raisons illégitimes. 

Ce n’est pas la France libre, mais une France à la dérive, en proie à l’autoritarisme.

Aujourd’hui et tous les autres jours où de telles horreurs et inhumanités se déroulent sur notre territoire, nous avons honte. 

Honte de l’impunité des forces de l’ordre. Honte de nos politiques qui un jour défendent haut et fort la liberté d’expression, et le lendemain votent un projet de loi liberticide pour museler l’opinion. Une loi qui bafoue les droits des citoyen•nes pour protéger une ultra-minorité, qui agit au dessus des lois.

Monsieur le Président, nous vous interpellons. En pleine crise sanitaire, sociale et économique, il est plus que jamais urgent que les forces de l’ordre gardent la paix, et non qu’elles provoquent la discorde et aggravent les injustices. Et pour cela, il faut qu’elles soient responsables et redevables. Qu’elles rendent des comptes. Si elles n’ont rien à se reprocher, qu’elles acceptent d’être filmées dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions.

Monsieur le Président, lorsque nous vous avons élu, nous avons cru éviter le pire de la vague populiste et obscurantiste qui déferlait sur le reste du monde. Chaque jour vous nous prouvez un peu plus le contraire.

Camille Azoulai, Cofondatrice de Funky Veggie

Nadim Bel Lallahom, Entrepreneur d'intérêt général au Ministère de la Transition écologique

Martin Besson, Président de Sans A_

Amélie Campino, Cofondatrice de NixAirSolutions

Anna Corbel, Manager de l'Arche de MakeSense

Julie Dautel, Cofondatrice d'EONEF

Samuel Grzybowski, Directeur Général de Convivencia

Tara Heuzé-Sarmini, Directrice Générale de Règles Élémentaires

Marine Le Borgne, Développeuse chez MakeSense

Alissa Pelatan, Présidente du Collectif Impact Lawyers

Talia Sarfati, Future Entrepreneurs Program Manager chez MakeSense

Aude Serrano, Consultante & ex-Directrice d'Impact_Campus

Marion Schuppe, Impact Investment Manager chez Quadia

Carole Tawema, Présidente de Karethic

Cédric Tomissi, Cofondateur d'EONEF






Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.