Mort

Réflexion...

C’est fréquent, les femmes qui ont subi des mauvais traitements et finissent par tuer leur mari, au cours d’une dispute, utilisent pour expliquer l’événement  devant un tribunal des mots qui se ressemblent : « Je savais que ce jour là il me tuait ». Elles ont tellement cohabité avec la mort qu’elles distinguent l’intonation fatidique, le geste définitif. Et elles le tuent. Le patriarcat les juge toujours.

 

 

 

Muerte

 

Casi siempre las mujeres que han recibido maltrato y terminan matando a su marido, en el transcurso de una pelea, explican el hecho ante el tribunal con palabras similares : « Sabía que ese día me mataba ». Han convivido tanto con la muerte que distinguen la entonación fatal, el gesto definitivo. Y lo matan. El patriarcado todavía las juzga.

 

 En España apoyamos a Iniciativa Feminista y a PACMA :

castellano

 

yo-voto-pacma
    

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.