Sara Melki
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 mai 2021

14/05/21 Interpellations des Parlementaires sur le PdL d’état d’urgence sanitaire.

Interpellation des Parlementaires sur le nouveau projet de loi organisant la sortie d'état d'urgence sanitaire.

Sara Melki
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs,

Le projet de loi « relatif à la gestion de la sortie de crise sanitaire » que vous allez discuter ce 18 et 19 mai, permet un régime hybride qui brouille les frontières entre l’état d’urgence et le droit commun. Le Premier Ministre conserve des pouvoirs exorbitants, y compris la possibilité d’instaurer un couvre-feu, alors qu’en revanche le contrôle parlementaire spécifique de l’état d’urgence ne s’appliquera pas. Ce texte ouvre la voie au maintien dans le droit commun de mesures très restrictives de libertés. Pourtant les commissions du Sénat et de l’Assemblée Nationale ont montré les nombreuses limites d’une telle gestion centralisée et peu démocratique de la crise par le Gouvernement. Et la situation actuelle le confirme.

Une loi de « sortie de crise » mériterait de se saisir des enjeux d’ensemble de la santé publique, qui ne se réduisent pas au covid, ni à la sécurité sanitaire et encore moins à la police sanitaire. Pourtant, le projet de loi se concentre sur un ensemble de restrictions de libertés dont l’intérêt n’aura jamais été démontré (restreindre les déplacements, la liberté de commercer, limiter l’accès aux audiences judiciaires et pénales et permettre les juges uniques, …), tandis que les conséquences délétères sont patentes. La réduction de la question sanitaire à sa dimension coercitive est ainsi soutenue par le Gouvernement comme un acquis définitif.

Enfin, ce projet de loi est une habilitation à gouverner par voie réglementaire dans un cadre très large et très flou. C’est ainsi que le gouvernement a revendiqué une nécessaire « flexibilité » pour écarter tous les amendements proposés à l’Assemblée Nationale pour préciser le « pass sanitaire ». En l’état, le maintien d’un tel outil est très inquiétant*. L’efficacité d’un tel “pass sanitaire” est pourtant loin d’être scientifiquement démontrée, et l’on peut craindre qu’il ne s’agisse que d’un ballon d’essai avant l’instauration d’un système de contrôle permanent par l’Etat de l’état de santé de chaque citoyen. Sur ce sujet en particulier, nous vous invitons à prendre connaissance de la note jointe qui évalue sa faiblesse tant sur les plans des bénéfices sur la santé publique que sur celui du droit et du respect des libertés garanties par notre Constitution.

Très attentif aux débats qui ont eu lieu à l’Assemblée Nationale sur ce projet, nous pensons qu’un véritable enjeu de confiance en la démocratie se joue actuellement au Parlement. Proche des échéances électorales de cette année et de l’année à venir, ceci n’est pas sans conséquence et nous vous sollicitons pour en prendre la mesure dans votre vote et dans les interventions que vous pourrez faire contre l’esprit et la lettre de ce texte.

Veuillez agréer, Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs, l’expression de notre haute  considération.

* C’est pourquoi la CNIL a rendu le 12 mai un avis très réservé :  https://www.cnil.fr/fr/la-cnil-rend-son-avis-sur-le-projet-de-passe-sanitaire

Les Citoyens en Alerte

ci dessous le document attaché au mail : argumentaire juridique sur le passe sanitaire

Argumentaire juridique sur le Passe Sanitaire © Les citoyens en alerte (pdf, 635.1 kB)

Article ici  sur notre site internet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra