sara
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 sept. 2009

Désirs d'avenir : Sophie Bouchet-Petersen répond à Christophe Barbier

Sur lexpress.fr, Christophe Barbier, patron de la rédaction, publie un billet intitulé "Réponse à Mme Bouchet-Petersen" dans lequel il défend le fort venimeux papier d'un de ses journalistes paru cette semaine, concernant Ségolène Royal et son site, dont j'avais critiqué l'évidente contribution au ségo-bashing.

sara
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sur lexpress.fr, Christophe Barbier, patron de la rédaction, publie un billet intitulé "Réponse à Mme Bouchet-Petersen" dans lequel il défend le fort venimeux papier d'un de ses journalistes paru cette semaine, concernant Ségolène Royal et son site, dont j'avais critiqué l'évidente contribution au ségo-bashing.

Ma lettre, adressée au réseau Désirs d'Avenir, n'avait pas vocation à être publiée mais - ainsi va le net - s'est retrouvée sur divers sites à mon insu et, à vrai dire, sans que cela me dérange car j'en assume pleinement le contenu. Christophe Barbier s'est offusqué de mes propos (l'article en cause ainsi que mon texte initial et le sien sont accessibles sur l'express.fr) dans des termes que je n'ai pas cru devoir laisser sans réponse. La voici.

"Paris, le 18 septembre 2009

Cher Christophe Barbier,

Je me réjouis, naturellement, que vous placiez les rapports de l'Express avec Ségolène Royal sous le signe de l'équanimité journalistique, éminente qualité dont ne me semblait pas déborder l'article sur lequel j'ai confié le fond de ma pensée à mes amis de Désirs d'Avenir.

Rassurez-vous : je n'en pince pour aucune théorie du complot.

Il se trouve simplement q'une certaine expérience militante et l'ancienneté de mon engagement auprès de Ségolène Royal m'ont vaccinée contre tout angélisme.

Que l'Express brocarde les ratés de la nouvelle mouture de notre site ne m'aurait guère émue car j'ai dit, en toute franchise publique, ce que moi aussi j'en pensais. Un cafouillage est un cafouillage et loin de moi l'idée d'appeler quiconque à l'euphémiser. Nous en tirons les leçons et c'est ainsi, aussi, que nous avançons.

Ce qui m'a, en revanche, étonnée et, nonobstant votre mise au point, me laisse toujours perplexe, ce ne sont pas les soupçons mais les faits suivants : l'article de votre journaliste a été mis en ligne vers 16 h 30, avant l'ouverture difficultueuse de notre site ; votre service de communication en a orchestré la promotion auprès de toutes les rédactions par un mail dont "la courtoisie" ne m'a pas frappée, tant il mettait l'accent sur "les factures de Désirs d'Avenir" et surlignait ainsi sans ambiguité l'angle privilégié pour ce papier.

Alors oui, je n'ai pas la candeur d'y voir cet équilibre exquis dont vous vous prévalez.

C'était, me dites-vous, sans volonté de nuire. Dont acte.

Simple coïncidence. Pur hasard objectif, en somme.

Vous défendez votre journal, c'est bien normal.

Je défends, moi, celle auprès de qui j'ai choisi de m'engager.

Il ne vous aura pas échappé que je suis, ce faisant, dans mon rôle.

Il n'y a là nul irrespect de la presse dont la liberté, bien malmenée, me semble devoir être ardemment défendue contre les puissances de l'argent, les empiètements du politique et la tentation des connivences microcosmiques.

Question, pour vous, de bonne distance et, pour moi, de vigilance".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN