Sur un Air de Campagne (154)

L'idée de jeunesse imprègne tellement toutes les couches de la société que le taux d'incidence de la maladie d'Alzheimer a chuté de près de 15 % en dix ans....

Le Nez qui Pue de Tonton

Santangelo

 

 

 

 

Que feront les vieux, dans mes campagnes, dans trente ans, alors que plus personne ne sait jardiner ?

Autrefois, dans mes campagnes, au bout d'une vie de labeur, on gagnait une place au coin de la cheminée ou près du poêle. De nos jours, on vieillit seul, puis dans une maison de retraite, devant la télé. Qui fait le feu ?

La nouvelle génération de parents a du mal à donner leur place aux grands-parents. Ils ne sont plus conscients de leurs faiblesses.

Après les Millénials, que donnera la nouvelle génération, qui ne connaît de la famille que Skype et WhatsApp ?

De la vieille école, Quentin voudrait vieillir en taillant des roses, comme son père. Depuis sa jeunesse, il a envie d'être vieux et sage. Le malheur contemporain réside dans le fait que plus personne ne veut vieillir.

Il n'y a plus personne pour porter le chapeau ou la casquette.

Les Stoïciens apprenaient à mourir toute leur vie. Les Epicuriens apprenaient à bien vivre avant la mort. Aujourd'hui, la pensée dominante veut supprimer la pensée de la mort. Memento mori ? Non. Un Carpe diem général, éternel et sans joie.

Dans « le Figaro Magazine », la semaine dernière, une pub pour des croisières dans la Manche. Sur le bateau, pour donner aux vieux - privés de « Questions Pour Un Champion » - l'illusion de la culture, du beau monde. Des conférences avec Pascal Bruckner, Christine Ockrent ou Franck Ferrand. En attendant Nagui et Ruquier ?

Lu il y a peu (où ça?) : la vieillesse, c'est quand on ne danse plus qu'avec les genoux.

Combien d'hôtels et de restaurants peut-on écumer avec les 75 000 euros nécessaires à l'achat d'un camping-car ? Tout ça pour se retrouver les uns sur les autres sur des parkings sans charme.

Dans mes campagnes, il y a vingt ou trente ans, les églises étaient fréquentées par des vielles femmes et des célibataires. Quant est-il de nos jours ? Il n'y a plus de prêtres.

A 75 ans, le père de Quentin continue à confectionner de grands bouquet de roses pour garnir les meubles de leur salle-à-manger.

Auparavant, en vieillissant, dans mes campagnes, on sucrait les fraises et on ne mangeait plus de viande. Aujourd'hui, les vieux ne tremblent plus et ont de bonnes dents. Ils ne sentent plus le pipi. Est-ce pour cela qu'ils ne plaisent plus autant aux enfants ?

Dans mes campagnes, certaines anciennes agricultrices, qui choisissent de se faire aider par une aide à domicile, font le ménage à fond avant son arrivée.

Cette semaine, le neveu de Quentin séjournait chez ses grands-parents. Il a nourri les poules avec du blé, cueilli des noisettes, joué avec l'épéé confectionnée par son grand-père et des tas de trucs nouveaux pour lui. A cinq ans, il n'a toujours pas la télévision à la maison. C'est son oncle qui en est le plus heureux.

Qui pour raconter des histoires vécues ?

 

 

 

Santangelo.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.