Sur un Air de Campagne (234)

Une hirondelle qui fait l'été...

Une Hirondelle sur ton Toit

Santangelo

La semaine dernière, appuyé au rebord de ma lucarne, comme souvent pour m'aérer de l'air vicié par la fumée de cigarettes de mon appartement sous les toits, j'ai pu observer deux hirondelles qui dansaient une gigue ou une java sur la gouttière.

A ma grande surprise, si le ventre d'une hirondelle est bien blanc et ses ailes noires – ce que je sais depuis l'enfance grâce à la belle chanson d'un chanteur régional – le dessus de la tête est bleu foncé et le cou rouge.

De découvrir ça à cinquante ans, alors que j'ai grandi à la campagne, et que j'y suis revenu, m'a laissé sans voix.

Quelques jours plus tard, j'en ai observées deux autres, se reposant sur la plus haute branche du bouleau, et j'ai constaté qu'elles n'étaient que blanches et noires. Je me suis questionné pour savoir s'il s'agissait de petits sortis du nid. Il aurait pu également s'agir de martinets puisque, depuis des années, d'aucuns prétendent qu'il n'y a plus d'hirondelles, sous nos latitudes, mais seulement des martinets, avec les beaux jours.

Ce qui me rend perplexe, c'est d'être persuadé qu'un écologiste citadin, s'il est un peu sincère, connaît les quatre couleurs de l'hirondelle, alors qu'il est probable que le campagnard moyen ne le sait pas.

Et pourtant, que sait l'écologiste des villes du soleil et de la lune, de la terre et de la mer ?

Pour ma part, j'ai trouvé une réponse à ma question dans mon Petit Larousse...

Santangelo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.