Sur un Air de Campagne (10)

« Le pessimisme est d'humeur, l'optimisme de volonté » Propos sur le Bonheur Alain

Les Hirondelles, les Demoiselles

Santangelo

ça y est. Le printemps est là. L'équinoxe a eu lieu. La super-lune du 20 mars nous a sortis de l'hibernation. Bouquets de jonquilles et de narcisses dans les vases, on ouvre enfin les fenêtres. Derniers feux dans les cheminées. Sur les fils, les draps s'exposent. Sur les terrasses, les jeunes se posent. (Par ici, on n'a pas encore de brûleurs à gaz ni de couvertures à carreaux pour lézarder en hiver.) Par ici, on vit encore au rythme des saisons.

Une nouvelle rengaine populaire par la fenêtre ouverte au coin d'une petite rue. Des enfants qui crient après un ballon dans la cour d'une école ou dans un parc après un tour de toboggan. Sur la route de la corniche, qui longe la rivière jusqu'à la mer, les motos se jouent des virages. Dans les aires de repos dédiées, les campings-cars des retraités sont de retour. Dans les ports, les bateaux sortent de cale.

Et si on pensait à rappeler ce nouvel ami rencontré sur un piquet de l'hiver mouvementé ? Et si on envoyait un message à cette vieille connaissance ?

Les oiseaux se remettent à chanter. Les bourgeons sont venus en une semaine. Bientôt, les hirondelles noires au ventre et blanches aux ailes s'agiteront dans le ciel pur. (Les peine-à-jouir disent qu'il n'y a plus d'hirondelles mais des martinets...) Chaque soir et chaque matin, la lumière grignote du temps sur la nuit. On a mangé des crêpes à la Chandeleur et l'on a retrouvé le bon côté des choses. La mer ne bronche plus et les parties de pêche à pied s'annoncent fructueuses.

De quelle couleur sera le printemps cette années ? Le temps des élections et des révolutions. L'hiver était jaune ; chacun annoncera la couleur.

Au temps du carnaval, on reprend le jeu des masques. Sera-ce le retour attendu des jupes courtes et des silhouettes rondes ? Après avoir correspondu via Skype pendant l'hiver, les petits-enfants attendent avec impatience les vacances de Pâques pour rendre visite aux grands-parents. Le petit dernier a lâché sa draisienne et se lancera sur un vélo à pédales. On reprendra l'herbier là où on l'avait laissé à l'automne. On ira semer dans le jardin, mais on attendra les « Saints de Glace » pour sortir les géraniums.

Dans les champs, après la fumure, les premières semailles de maïs, tandis que les légumes d'hiver laissent la place aux blés en herbe.Certes, il faut encore faire attention aux averses de grêles, parfois violentes, mais l'hiver est définitivement passé.

Et si la jeunesse recommençait à lire « La Bicyclette bleue » et Colette avant de s'attaquer à Judith Butler et à la théorie Queer ? On se souvient des rebuffades dues à MeToo l'an passé, et l'on se plaît à repenser à l'amour.Les hirondelles, les demoiselles ; un petit tour chez le coiffeur, c'est bien le temps du renouveau.

Et dire qu'avec tout ça, il s'en trouve encore pour aller écrire « Nous allons vous faire regretter 68 » sur les murs de la Capitale...

 

 

Saul Santangelo des Regs

 

(Plus de chansons ici : https://soundcloud.com/santangelosaul)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.