Sur un Air de Campagne (172)

A force de me mettre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude, j'ai décidé de décrypter.

La Quarantaine, solitaire

Santangelo

 

 

 

A l'école, on évalue la coordination. Le sport est là pour ça. Tenter de fabriquer un esprit sain dans un corps sain. A l'exception notable du ballon prisonnier, Quentin a toujours été nul en sport. Manque de coordination. Est-ce pour cela qu'il doit se servir d'une canne alors qu'il n'a pas atteint la cinquantaine ?

A la fin de l'adolescence, lorsque l'on commence à vouloir entrer dans la vie de plain-pieds, il convient de se trouver une démarche. C'est à 18 ans qu'il faut corriger les pieds en canard et les jambes élastiques du dégingandé.

Au même moment, il est question de se choisir une écriture, à l'heure des derniers stylos encre. Avec une bonne écriture et une bonne démarche, on commence bien dans la vie.

Petit à petit, en avançant en âge on devient conscient de sa propre gestuelle en observant celle des autres. C'est un sacré bagage qu'un belle gestuelle à soi ! Alors on peut commencer à gommer les tics et les gestes automatiques.

Dans toutes les religions, on se met à genoux, à un moment ou à un autre. Dans mes campagnes, il n'est pas besoin de prier pour se mettre à genoux. C'est une position de travail.

J'ai passé tout l'hiver dernier avec une fenêtre entr'ouverte. Je n'ai allumé qu'un seul chauffage, dans l'entrée. Et j'ai passé tout l'hiver à me balancer comme un autiste, d'avant en arrière, le cul collé au convecteur.

C'est une activité ludique que de s'intéresser aux gestes des hommes et des femmes politiques, à travers les photos de la presse. Et l'on comprend que leurs messages sont beaucoup plus complexes que ne le laissent penser leurs discours. Pour la plupart, ils sont bien plus forts que les comédiens. Pas besoin de traducteur en langue des signes pour décrypter ça.

En inventant son univers poétique, Quentin a aussi inventé un signe de reconnaissance, composé de dix gestes des mains et des bras. Il a essayé de fonder une société secrète avec son petit neveu, mais celui-ci est encore trop jeune pour reproduire le signe et y trouver de l'intérêt.

Alors que tout le monde porte un masque, on se rend compte de l'importance du visage et de ses mimiques dans la communication. Mais que dire de la gestuelle ?!

Au football, le petit pont est un sommet de la technique. Avec le coup du sombrero et la panenka. Pourquoi se sent-on humilié lorsqu'on les subit ?

Cette semaine, j'ai adopté un nouveau geste. Un mouvement de l'index pour essuyer la moustache lorsque je bois. Mais je suis incapable de dire si j'ai piqué ça à un acteur jouant un écrivain du 19è ou à un ouvrier rencontré dans ma jeunesse. Peut-être aux deux...

Quentin ne se touche plus les cheveux à l'arrière de la tête. C'est un des principaux gestes efficaces de séduction. Mais il en a trop abusé.

Faut-il dormir en position latérale de sécurité pour avoir un sommeil sûr ?

La main droite sur le cœur ?

Parmi les gestes que l'on se choisit à l'adolescence et qui construisent l'adulte que l'on sera, en plus de la démarche et de l'écriture, il y a la façon de fumer. Comment font les jeunes d'aujourd'hui alors que l'on ne voit plus de fumeurs au cinéma ni dans les médias ?

A presque cinquante ans, Quentin se ronge encore les ongles de temps en temps et se nettoie les narines les doigts dans le nez.

Le film « Pickpocket » de Bresson nous montre avec un noir et blanc chic ce que sont les gestes d'un petit voleur du métro. C'est un sommet du cinéma des années 60. Beaucoup plus intéressant que les mains aux fesses de certaines comédies.

Lorsque je négocie un achat, je demande toujours au vendeur de faire un geste. Mais lequel ?

Je n'aurais pas pu être tourneur-fraiseur ni souffleur de verre. Même pas ouvrier à la chaîne pour assembler des Ford T.

Le doigt d'E.T. vient-il du plafond de la chapelle Sixtine ?

Il y a peu, mon neveu m'a montré comment il avait appris à se laver les mains à l'école, avec une chanson de gestes poétique :

« Il pleut, il y a des nuages /

Le serpent glisse sur le sol /

Le hérisson sort ses piquants /

L'ours se frotte contre l'arbre /

Le ver de terre gigote dans son trou /

La poule picore les graines /

Le koala s'accroche à sa branche /

Après la pluie, le soleil revient. »

 

 

 

Santangelo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.