Sur un Air de Campagne (96)

Petite devinette : que suis-je ? « En vie devant, mort du mitant, baptisé du der ».

Memes Tra Marc'h Plij

Santangelo

 

Quand Quentin atteignît l'âge de seize ans, il partît pour la grande ville, avec pour seule arme une queue de cheval qui lui descendait jusqu'au milieu du dos. Certains eurent l'idée d'en faire un poisson d'avril, mais aucun n'y parvînt.

Après voir lu « Le Cheval d'Orgueil », il comprit qu'il ne fallait pas renier ses parents.

A 22 ans, sans avoir trouvé femme à marier, il se rendît chez le coiffeur avant d'entrer au service national. Le merlan lui demanda s'il voulait garder le trophée. Il répondît par la négative. Une fois attaché à son régiment, on le laissa couper ses cheveux tout seul.

A 40 ans, malade et pauvre, Quentin revînt dans la région où il avait grandi. A l'hôpital, il vît un documentaire sur les derniers chevaux sauvages d'Europe, là-bas dans les forêts de la profonde Pologne. Il se souvînt des « Misfits ». Il retrouva son axe.

Une fois guéri, il porta une longue barbe – comme les petits chevaux traditionnels d'Ouessant. Il repartît pour une autre grande ville. Certains eurent l'idée d'en faire un attribut religieux, mais aucun n'y parvînt.

 

Son père lui avait dit : « on ne pose pas un problème, on le soulève. » Il comprit aussi qu'on le traîne.

 

 

Dans le Finsitère, au début du 20è siècle, on comptait 18 chevaux au km2 ; soit beaucoup plus que dans les autres départements. Les paysans organisaient des courses qui pouvaient mêler chevaux de trait et pur-sang. A table, une assiette chaude était réservée symboliquement au cheval de la ferme. L'écurie donnait directement sur la maison d'habitation ; quand ce n'était pas le cas, un valet pouvait dormir avec l'animal. La Première guerre mondiale tua 700 000 chevaux. Le bidet, bas du garot, fût remplacé par sélection par le Postier.

 

En vie devant : le cheval de trait. Mort au mitant : la charrue. Baptisé du der : le paysan catholique.

 

 

 

Santangelo.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.