Le stalinisme revient et vire au vert

L'hystérie meurtrière de Staline ne lui est pas venu un beau matin en se levant.

Au début des années 30, un proche collaborateur de Staline est assassiné. Dès lors l'ennemi intérieur est partout. Mais traquer l'ennemi ne suffit pas. Si quelqu'un est atteint du Covid-19, il peut en contaminer plusieurs. Staline n'a jamais connu ce virus mais pour lui les effets étaient analogues. Il suffisait d'avoir eu un contact avec un soit-disant ennemi du peuple, pour être considéré comme un ennemi du peuple. Dans les années 50, c'est ce qui arrivé à London en Tchécoslovaquie. On lui a reproché ses fréquentations, notamment avec des anciens des brigades internationales pendant la guerre d'Espagne.

Aujourd'hui les risques d'être passé par les armes en raison de ses mauvaises fréquentations n'existent plus. Vous risquez cependant votre place. Un adjoint à la Culture se doit de rencontrer tous les auteurs et artistes de sa ville, surtout si ces derniers sont demandeurs. C'est loin d'être le cas, le sectarisme culturel est bien présent dans tous les partis. L'adjoint à la culture de Paris a rencontré un écrivain qui avoue être pédophile. La question se pose : a-t-il rencontré l'homme ou l'auteur ? Céline était anti-sémite mais en tant qu'auteur il reste un écrivain marquant du 20è siècle. La photographe officielle d'Adolphe Hitler reste néanmoins une très grande photographe, comme elle l'a montré par ses travaux après la guerre. Tout homme (humain) peut avoir des penchants très mauvais mais un auteur reste un auteur, même si "auteur" n'est pas un concept abstrait et vit bien dans le corps d'un homme. Il était donc tout à fait normal que l'adjoint à la Culture à la ville de Paris rencontre cet écrivain pédophile. Il l'a rencontré en tant qu'auteur pas en tant qu'homme.

Le combat contre les pédophiles est un juste combat, personnellement je n'arrive même pas à m'imaginer comment on peut être pédophile. Mais quand rencontre quelqu'un, est-qu'on va lui demander si c'est un gangster ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.