Accumulation des connaissances et intelligence

Montaigne a dit : "il vaut mieux une tête bien faîte qu'une tête bien pleine". La tête bien pleine empêcherait-elle le développement de l'intelligence ?

Au début du mouvement des gilets jaunes, la première manifestation était contre la taxe carbone. Je suis un peu instruit même si je fais partie des gens qui ne sont rien, d'après sa majesté Macron 1er, et aussi conscient du changement climatique, alors je me suis dit : "mais c'est absurde de refuser une mesure qui est destinée à réduire les émissions de CO2". Puis mon cerveau s'est mis en route et j'ai posé la question : "mais qui doit payer la facture ? Les personnes chassés des centre ville en raison des loyers trop élevés et obligées de prendre leur véhicule diesel pourri pour aller bosser ? Et pourquoi celui qui voyage en avion ne paye-t-il pas de taxe sur le kérosène ?

L'intelligence vient du latin inter legere qui signifie lire entre. En somme savoir lire entre les lignes d'un texte. Le savoir brut, au contraire, consiste à régurgiter ce qu'on vous a fait avaler (mais sans l'avoir digéré). C'est ce qu'on demande aux étudiants (es) en première année de médecine afin de les sélectionner, en espérant qu'au cours des années suivantes ils (ou elles) sauront faire un diagnostique ; une épreuve qui demande de l'intelligence. Le bourrage de crâne est l'épreuve obligatoire pour faire partie de l'élite, celle des premiers de cordée qui ont pondu la taxe carbone. Fiers de connaître les enjeux et maîtrisant les données scientifiques (soit disant), ils ne sont pas allés au-delà dans leur raisonnement. L'intelligence c'est justement vouloir "aller au-delà". Einstein a dit :"inventer c'est penser à côté". Si vous écoutez la matinale de France Inter, vous remarquerez que les invités sont tous professeurs émérites de ceci, spécialistes de cela, politique chef de ceci ou à la tête de cela, mais jamais le quidam du coin, même s'il aurait quelque chose de très intéressant à dire. Tous ces gens ne "pensent pas à côté" mais en général enfoncent des portes ouvertes, déversant des choses qu'on sait déjà la plupart du temps. Puis au bon peuple, on fait intervenir des gens au téléphone pour poser une question à l'élite invitée, qui généreusement va vous donner sa réponse, car il est hors de question d'instaurer un dialogue.

En cette période de pandémie, l'intelligence souffre beaucoup. Même hors confinement, on isole les gens, on les matraque sur le coronavirus, ça les rends dociles et ils ne se posent plus de questions sur l'avenir climatique, seul leur état de santé au moment présent compte. Et puis des grands savants de Marseille nous disent ce qu'on doit faire. Un savant de Marseille fait toutefois exception, il utilise un médicament peu cher pour soigner les patients alors que d'autres savants ont conçu un autre médicament (+de 200 millions d'euros) le Remdecivir qui en plus d'être inefficace est mutagène (il favorise la mutation du virus). Des médecins ont été sanctionnés parce qu'ils ont prescrit de l'hydroxicloroquine, car ce médicament a des effet indésirables au niveau cardiaque. Quel médicament n'a pas d'effets indésirables ? En fait l'ordre des médecins pense que les docteurs ne sont pas suffisamment intelligents et qu'ils pourraient prescrire ce médicament à des personnes ayant des pathologies cardiaques. Il y a une hiérarchisation dans l'élite, l'élite qui commande et celle qui ne fait que transmettre. Il y a aussi l'élite qui se défausse sur une autre élite, par exemple l'élite politique sur l'élite scientifique, mais au final c'est l'élite politique qui commande après avoir reçu la bénédiction.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.