Sauve Béranger
Abonné·e de Mediapart

49 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2022

Primaire populaire : les médias font tout pour dégouter les gens de la politique

En premier lieu : Médiapart. Il est certain que cet article de blog ne sera pas sélectionné par la rédaction de Médiapart, alors qu'un autre article critiquant l'initiative de la Primaire Populaire figure en bonne place sur la page d'accueil de Médiapart ce 19 janvier.

Sauve Béranger
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au mois de septembre, un socle commun en 10 mesures a été accepté par toutes les formations de gauche et écologistes. Il s'en est suivi une campagne de parrainage citoyenne. Christiane Taubira est arrivée largement en tête devant Français Ruffin. Mélenchon est arrivé derrière Clémentine Autain. Il fallait avoir 500 soutiens pour être éligible et être déclaré candidat (e) à l'élection présidentielle. Français Ruffin, Clémentine Autin ont obtenu largement plus de 500 soutiens mais n'étant pas candidats à l'élection présidentielle, ils ne pouvaient être candidats à la Primaire Populaire. Sandrine Rousseau a eu plus de 500 soutiens, mais battue par Jadot à la primaire écolo, elle ne pouvait plus être candidate. Roussel, Poutou et Artaud n'ont pas pu être candidats car n'ayant pas obtenus les 500 soutiens. 2 candidates issues de la société civile ont reçu plus de 500 soutiens ; il s'agit de Charlotte Marchandise qui avait en 2017 remporté la primaire.org et Anna Agueb Porterie. La primaire populaire est donc la seule primaire à présenter 2 personnes issues de la société civile et candidates à la présidentielle. En somme, si on se déclarait candidat à l'élection présidentielle et qu'on avait eu les 500 soutiens, on était automatiquement candidat à la primaire populaire. Cette disposition prise par les organisateurs ne figure pas dans le socle commun et je pense que c'est une erreur. Déjà d'un point de vue financier, en inscrivant des candidats à la Primaire Populaire qui ne voulaient pas l'être, il n'était plus possible légalement de demander une participation financière comme ce fût le cas lors de la primaire écolo. Mais pour éviter la fraude, il fallait donner son numéro de carte bleue pour pouvoir s'inscrire pour voter. Donner son numéro de carte bleue pour un achat est un acte compréhensible, pour une transaction qui n'en est pas une, c'est plus difficile à comprendre. Il y avait 5 candidats lors des 2 primaires précédentes, ici il n'y en aurait eu que 4 au lieu de 7, cela aurait été une élection beaucoup plus logique.

Lors des 2 primaires précédentes, des débats télévisés  furent organisés. Pour la Primaire Populaire, où au 18 janvier 288 000 sont déjà inscrites au vote, aucun débat entre les 4 candidat(e)s n'est prévu. Christiane Taubira et le député européen Lauraturou ont déjà pu s'exprimer dans les médias mais quid de Charlotte Marchandise et Anna Agueb-Porterie ? Qui les a entendu dans les médias ? Les médias n'ont rien à faire des personnes issues de la société civile, de nous,  qui faisons partie "des gens qui ne sont rien". Ces gens méprisés, leur seule arme lors d'une élection est de ne pas aller voter, car même s'ils veulent s'exprimer en votant blanc, le résultat final est identique. Non Médiapart n'invitera pas Charlotte Marchandise, femme qui pendant une période a élevé seule son enfant avec le RSA. Avant de se lancer en politique un certain Emmanuel Macron travaillait à la Banque Rothschild et gagnait un peu plus que le RSA. Assurément l'électorat populaire se sent plus proche de Charlotte Marchandise que du chargé d'affaire de la Banque Rothschild ou de celle qui a passé son enfance au château de Saint Cloud. En fait à la Primaire Populaire nous allons voter sans pouvoir connaître le programme des 2 candidates issues de la société civile ; c'est ce qu'on appelle la Démocratie à la française.

Mais que va-t-il se passer si Mélenchon (ou  Jadot) gagne la Primaire Populaire ? La situation risque d'être vraiment cocasse. En effet, le candidat élu doit s'engager à faire une candidature d'union, c'est-à-dire faire un programme avec tous ceux et celles qui étaient candidats à la primaire. Si ce n'est pas un problème pour Charlotte Marchise, Mélenchon, disciple d'Henri IV, ne pourra plus dire : "ralliez-vous à mon panache blanc". Lez organisateurs, interrogés sur cette éventualité ont répondu : on avisera ! En somme si vous voulez faire capoter la Primaire Populaire et dégouter les gens de la politique : votez Mélenchon à la Primaire Populaire.

2.11.0.0

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony