stopcigeo-bure
Opposant.es au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2018

stopcigeo-bure
Opposant.es au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure
Abonné·e de Mediapart

A Bure, la complémentarité des pratiques fait peur au gouvernement

La lutte à Bure a fait le choix de sortir du débat sclérosant entre non violence et action directe pour assumer la diversité des tactiques. C'est cette stratégie que le gouvernement aimerait détruire en menant une vaste opération de perquisitions.

stopcigeo-bure
Opposant.es au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 A Bure, l’Etat s’entête dans la répression. Un gout d’exotisme frappe ces villages désolés du Sud Meuse.  On se croirait en Turquie sous Erdogan. La Macronie aime autant les start-up que la matraque.  Aujourd’hui, c’est de l’ordre du constat et non de l’idéologie : Nous assistons à la lente décomposition de notre soit disant Etat de droit et à la montée d’un fascisme rampant.  C’est une chose de le dire et de l’écrire, c’en est une autre de le ressentir dans sa chair, sous la menace du revolver.

Coups de bélier, portes fracassées,  menottes, gardes à vue massive. Mercredi 20 juin 2018, nous avons subi la troisième vague de perquisitions  en un an, la plus grave, la plus conséquente contre les opposants à la poubelle radioactive CIGEO. Il y a quelque chose qui pourrit dans l’Est de la France, un climat qui résonne avec des temps bien sombres…Comment sinon interpréter la garde à vue de notre avocat, la fouille de son cabinet, les rafles dans les rues, le survol par les drones et les hélicoptères au quotidien dans les villages,  les interpellations, la mise sous scellée de dizaine d’ordinateurs, clés USB, téléphones etc. ?

Il n'y a pas d'un côté les opposants légaux et de l'autre, des illégaux

La répression ici est une rengaine, mais aujourd’hui un cap a été franchi.  Nous voyons se profiler le spectre d’une nouvelle affaire Tarnac où les opposants au projet CIGEO seraient traités comme des terroristes. S’attaquer au nucléaire est un crime de lèse majesté tant l’atome est puissant en France. Mais nous avons l’intime conviction que si l’Etat frappe si durement les opposants à CIGEO  - On compte depuis un an une trentaine de procès, plusieurs peines de prison ferme et d’interdictions de territoire – c’est parce qu’il se joue ici quelque chose de détonnant. Qui menace le pouvoir et fait voler en éclat sa propagande.

Depuis plusieurs années, les opposants de toutes les composantes évoluent ensemble, dans l’intensité des liens qui les unissent. Ils refusent la désolidarisation et les calculs de l’Etat qui voudrait  séparer le bon grain de l’ivraie et voir d’un côté une opposition légale et une autre illégale.

La lutte à Bure a assumé, dans son rapport de force contre l’Etat et les nucléocrates, la complémentarité des pratiques, sur le terrain, dans les prétoires ou les plateaux télévisés. Dès le début de l’occupation du bois Lejuc, en juin 2016, un texte signé par plus de 80 associations affirmait qu’ «  Il n’y a pas d’un côté le manifestant masqué sur la barricade et de l’autre le citoyen pétitionnaire devant son écran mais la construction d’un mouvement ouvert à tous ceux qui refusent la résignation devant un projet imposé d’en haut ».

Face aux débats sclérosants qui déchirent le milieu militant, entre le dogmatisme de la non violence et celui de l’action directe, la lutte de Bure a fait le choix de l’articulation, de la bonne intelligence. Celle qui se dessine progressivement, pas à pas, au fil des coups durs comme des joies partagées et des succès. La chute du "Bure de Merlin" en aout 2016 en fut l’exemple le plus éclairant.  Un acte de sabotage joyeux et collectivement assumé par le mouvement. C'est grâce à un recours juridique montrant l'irrégularité des travaux de l'Andra que plusieurs centaines de personnes ont pu s'engouffrer dans le bois et mettre à bas le mur.  Barricade juridique, barricade médiatique et barricade physique vont de pair. Elles se complètent pour donner au mouvement un accroissement de puissance et le rendre indiscernable.

En février 2017, 700 personnes attaquaient les grilles du laboratoire de l'Andra, les associations citoyennes expliquaient dans un communiqué les raisons de cette rage. « Face à des années de ce traitement indigne d’une démocratie, il est inévitable que la colère finisse par s’exprimer hors des espaces tolérés par les autorités et autrement qu’avec la fleur aux dents ».

A Bure, il n'y a plus de cogestion ou de récupération possible. Mais un front dans une guerre de basse intensité qui oppose la population aux autorités et à sa police. L'Etat n'a plus de prise pour canaliser cette colère qui monte. Elle lui échappe, glisse et se rend ingouvernable.

Après la démonstration de force de samedi dernier où 3000 personnes ont défilé dans les rues, il tente vainement de diviser le mouvement. Il a ciblé au cours des perquisitions des membres d’associations historiques. Les questions posées sont très claires lors de ces auditions  : « Pourquoi les pacifistes défendent-ils  ce type d’action de sabotage et de dégradation ? Pourquoi ne les empêchent-ils pas ? Qui finance ?  Qui organise ces manifestations non déclarées ? »

L’Etat ne peut accepter la parole subversive du mouvement de lutte ni le boycott de la future concertation à l’automne. Car ce boycott brise le processus d’acceptabilité sociale du projet et pose une véritable conflictualité. Il ne s’agit pas d’inviter les populations à choisir le papier peint des galeries souterraines mais bien d’inventer d’autres formes de vie qui nous sortent du totalitarisme de l’atome.

Nous voulons réaffirmer ici la pleine et entière solidarité des différentes composantes de la lutte qui subissent toutes la répression. Les vrais casseurs de notre pays ne sont pas ceux que l’on croit. Des  tags, ça s’efface, pas une poubelle nucléaire. Comme le disait Claude Kaiser, un militant historique, « . En lutte pacifique depuis 20 ans contre ce projet, je peux en témoigner du mépris de l’Etat. Pétitions, recours juridiques, rencontres des élus et même des ministres, on s'est toujours moqué de nos arguments. Quant aux beaux débats publics bien propres et bien républicains, ce ne sont que des mascarades. Le débat de 2005 par exemple avait donné un résultat sans appel: il ne faut pas enfouir. quelques mois plus tard, le gouvernement confirmait l'option de Bure. Ces jeunes, qui pour beaucoup habitent désormais ici, ont compris l'étendue de ce mépris. Et quand on les provoque, oh surprise, contrairement à nous, ils se défendent. Et depuis qu'ils sont là, on obtient enfin des résultats. Alors les bien pensants qui n'ont jamais levé le petit doigt, rengainez donc vos leçons de morale ».

Des opposant.e.s au projet CIGEO.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste