8/40 - L'ORIGINE DU VIRUS - LE MYSTÈRE DU 30 SEPTEMBRE

UNE AUTRE VISION DE LA COVID. La Covid est une réalité. Mais quel est le risque réel ? Les mesures prises sont-elles justifiées ? Trop d'infos ne circulent pas. Pour tenter une autre histoire de la Covid, j’ai compilé plus de 2000 ressources, Certitudes, hypothèses, questions... et au final une publication de 80 pages à découvrir dans ce blog sous forme de 40 épisodes quotidiens.

L'origine du virus - Le mystère du 30 septembre L'origine du virus - Le mystère du 30 septembre

L’origine du virus

Un autre élément a aussi été rapidement relégué sous la pile du dossier Covid : son origine, qui reste toujours à déterminer.
[Source(s) liée(s) : 509]

Aucune certitude n’est possible à ce jour, comme le dit le virologue Étienne Decroly. L’histoire officielle du marché, du pangolin et de la chauve-souris, n’est pas la seule vérité possible. D’autres origines sont possibles, ne peuvent pas être écartées, y compris une potentielle origine humaine, au sujet de laquelle Alexandra Henrion-Caude, généticienne française, ancienne directrice de recherche à l’INSERM, et un chercheur du CNRS notamment, se posent sérieusement des questions. Et dans le cas d’une origine humaine, s’agit-il d’un «simple» accident ?
[Source(s) liée(s) : 296 + 176 + 290]

On a quand même vite oublié Wuhan et son laboratoire P4… C’est sans doute une coïncidence bien sur, mais tout de même troublante, si le virus est bien parti de Wuhan, d’avoir un nouveau coronavirus qui apparaît juste à côté d’un laboratoire très sensible qui travaille justement sur des coronavirus et les manipule… Et puis ça court pas les rues ce genre de centre de recherches. Des enquêtes sérieuses sont-elles en cours ?
[Source(s) liée(s) : 41 + 47 + 61]

Si on retrouvait trois personnes poignardées à côté d’un magasin de couteaux… n’irait-on pas faire un tour dans ce magasin, juste par curiosité ?

Ce laboratoire a bénéficié de l’expertise de spécialistes français. Bernard Cazeneuve, Premier Ministre à l’époque, a participé à son inauguration en 2017. Il était notamment accompagné de Yves Levy (coprésident du comité de pilotage et directeur de l’Inserm à l’époque), qui n’est autre que le mari d’Agnès Buzyn. N’aurait-on pas un lien privilégié avec le labo de Wuhan qui nous permettrait de pouvoir obtenir des informations ?
[Source(s) liée(s) : 9]

Notons ici qu’Agnès Buzyn était ministre de la Santé jusqu’au 16 février 2020, qu’elle a rendu 11 vaccins obligatoires (au lieu de 3) en 2017/2018, qu’elle nous disait en février que le masque était inutile et que la France disposait de dizaines de millions de masques, qu’elle a validé l’interdiction de vente libre du Plaquenil (hydroxychloroquine) en janvier 2020 (une décision toutefois actée deux mois auparavant), qu’elle a souhaité s’exiler fin 2020, avant de rejoindre, le 4 janvier 2021, le cabinet du directeur général de l’OMS (Tedros Adhanom Ghebreyesus). Une belle nomination au sein d’un organisme massivement financé par des bienfaiteurs qui ne cachent pas leur ambition en matière de vaccination.
[Source(s) liée(s) : 925 + 106]

Le Prix Nobel, Luc Montagnier, biologiste virologue, ou Joseph Tritto plaident pour une origine humaine. Est-il possible d’invalider leur théorie de manière certaine ?
[Source(s) liée(s) : 57]

En 2013, on apprend déjà dans le Parisien qu’on arrive à bricoler des virus hybrides, bien qu’il ne s’agisse pas de coronavirus. Un reportage italien de 2015 (!) de la Rai révèle et s’inquiète de travaux de laboratoires, qui effectuent des recherches en greffant une protéine de coronavirus trouvé sur des chauve-souris sur un virus du SRAS chez la souris afin d’étudier sa possible transmission à l’homme, avec des résultats positifs. L’être humain sait réaliser ce type de chimères...
[Source(s) liée(s) : 48 + 34]

En octobre 2015, une scientifique de l’Institut Pasteur de Corée aurait transporté clandestinement, à bord d’un vol Séoul-Paris, trois tubes d’échantillon de Mers Coronavirus, un virus potentiellement mortel. En 2014, l’Institut Pasteur avait égaré près de 2 500 tubes de SRAS, une maladie infectieuse... Quand on joue avec le feu...
[Source(s) liée(s) : 8]

En 2016, Science & Vie évoque un virus, le plus dangereux du monde, les manipulations effectués par les humains sur les virus. Le Monde s’interroge. Un article paru sur France Soir s’intéresse aux manipulations de virus. L’OMS lance une enquête à Wuhan bien tardivement début 2021.
[Source(s) liée(s) : 1023]

Début février 2021, après 1 mois d’enquête à Wuhan, aucune certitude ne peut être établie. Est-ce vraiment étonnant quand on se rend sur place un an après le début officiel de la pandémie... En parallèle, en France, la certitude semble se dessiner que le SARS-CoV2 aurait circulé depuis novembre 2019, invalidant donc la thèse du marché de Wuhan comme point de départ. En avril 2021, dans une lettre adressée au directeur général de l’OMS, une trentaine de scientifiques de renom demandent une enquête indépendante sur une série de questions précises, à ce jour sans réponse. En mai 2021, une vingtaine de scientifiques publient, dans la revue « Science », une lettre appelant à considérer sérieusement l’hypothèse d’un accident de laboratoire comme source de la pandémie, alors que dans le même temps sont rendus publics trois travaux universitaires de 2014, 2017 et 2019, qui remettent en cause certaines informations «officielles» concernant les recherches effectuées sur les coronavirus à Wuhan.
[Source(s) liée(s) : 1065]

Où, quand et surtout comment a-t-il vraiment démarré à circuler ? Le mystère reste pour le moment presque entier…

Bien que certains hurlent au «complotisme» quand on émet l’hypothèse d’une origine humaine concernant la Covid-19, cette piste resterait pour le moment impossible à écarter... et cette fois ce n’est pas le documentaire Hold-Up qui le dit, c’est l’émission Envoyé Spécial (France2)...
[Source(s) liée(s) : 1159]

Et puis, si l’origine des premiers cas de Covid-19 reste un mystère, il faudra également s’intéresser à l’origine des nouvelles épidémies, causés par l’apparition de variants. Comment ces variants sont nés ? Où et comment se sont-ils répandus ? Par exemple, en juillet 2020, l’épidémie du printemps semble terminée et le virus «venu de Wuhan» ne reviendra semble-t-il jamais. Il n’y a plus de cas en France. Pourtant, une nouvelle épidémie aurait pris racine en Mayenne en juillet 2020 avant de s’étendre. Pourquoi à cet endroit ? Est-ce lié aux visons, que le Danemark a exterminé en nombre ? Une autre souche du virus semble revenir d’Afrique du nord durant l’été, avant de disparaître rapidement. Et puis le fameux «variant anglais», le premier officiellement reconnu par les médias et les autorités, peut-il être apparu à cause du remdésivir, un traitement possiblement mutagène ?
[Source(s) liée(s) : 1192 + 1138 + 341 + 359]

 

Autour du 30 septembre 2020… que s’est-il passé ?

Dernier point, dans les analyses de données, la montée en flèche de l’épidémie autour du 30 septembre (puis par répercussion, celles des nouvelles hospitalisations autour du 05/10 et celles des entrées en réanimation autour du 12/10).
[Source(s) liée(s) : 204 + 205]

A cette date, des médecins et du personnel hospitalier décrivent ne pas voir de signes inquiétants liés à la Covid. Le nombre de nouvelles hospitalisations est significatif, mais stationnaire (plateau), voire en baisse. Le taux d’incidence est en baisse, le R effectif (R0) est en baisse. Seul le taux de positivité est en hausse mais il semble plafonner (et la fiabilité/sensibilité des tests et le fait que de nombreux positifs soient asymptômatiques et/ou non contagieux semble ne pas en faire un indicateur très fiable).

Que s’est-il passé à ce moment là, pour que tout à coup, tout reparte à la hausse de manière incroyable et très brutale début octobre, brisant totalement la dynamique des courbes ? Comment expliquer cela ?
[Source(s) liée(s) : 219 + 228 + 232 + 247]

En Angleterre, on assiste au même phénomène. La cassure de la courbe des cas est encore plus flagrante et monte d’un coup à partir des premiers jours d’octobre.

Certaines théories évoquent des conditions de température. On aurait observé des pics de contaminations dans plusieurs pays quand la température avoisine les 10°C. Le virus pourrait aimer le froid et à c’est aussi une température qui incite à se réfugier dans des espaces clos, plus propices aux contaminations. Cela pourrait-il être une explication, tout au moins partielle ? Pourrait-on trouver des clés concernant la Covid-19 en étudiant ce qui s’est passé autour de cette date ? Les chiffres auraient-ils été trafiqués ? La manière de comptabiliser les statistiques a-t-elle été modifiée ?
[Source(s) liée(s) : 218]

Autre information, une semaine avant, le 26/09/20, on commence à fermer Marseille, alors que le nombre de tests positifs serait en descente à Marseille et que le Dr Parola dit que la situation dans les hôpitaux est tout à fait correcte. Pourquoi ?
[Source(s) liée(s) : 178 + 183]

 

Rendez-vous demain pour la suite…

Retrouvez l'épisode précédent ici : 7/40 - ET SI ON PARLAIT TRAITEMENTS ?

Cette tribune est extraite du document "Une autre vision de la Covid" publié pour la première fois le 09 décembre 2020, puis mis à jour et complété jusqu'à ce jour.

Pour lire le document en intégralité (40 épisodes) sans attendre : Télécharger le document complet

Pour consulter les [sources] auxquelles fait référence ce texte : Télécharger la liste des sources

L'auteur : Sébastien, citoyen français, 43 ans, pacsé, papa, travailleur indépendant. Sans lien d’intérêt quelconque. Sans étiquette politique, religieuse, idéologique ou scientifique. Attaché à la liberté et à l'intelligence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.