Sébastien Ginet
Naturopathe
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juil. 2020

Automédication : ce qu'en pensent les français de nos jours

Selon le conseil de l'Ordre des médecins, l'automédication se définit comme le fait pour des personnes, d'utiliser des médicaments ayant reçu l'AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) hors prescription médicale.

Sébastien Ginet
Naturopathe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ceci de leur propre initiative, pour elles-mêmes ou pour leurs proches, avec la possibilité d'assistance et de conseil de la part d'un pharmacien.Selon le conseil de l'Ordre des médecins, l'automédication se définit comme le fait pour des personnes, d'utiliser des médicaments ayant reçu l'AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) hors prescription médicale. Ceci de leur propre initiative, pour elles-mêmes ou pour leurs proches, avec la possibilité d'assistance et de conseil de la part d'un pharmacien.

Qu'est-ce que l'automédication ?

L'automédication peut être entendue comme le fait pour une personne de se soigner avec des médicaments légaux, sans toutefois avoir reçu un avis médical au préalable, mais avec le concours d'un pharmacien d'officine. Les médicaments concernés sont généralement ceux qui sont disponibles sans ordonnance pour traiter des pathologies bénignes et facilement identifiables par le patient (grippe, maux de tête, mal de gorge, amibes, diarrhée…). Ils sont donc destinés à soigner des symptômes courant durant une période assez réduite (3 à 5 jours).


Ces médicaments peuvent également faire l'objet de prescription médicale, mais en même temps, ils sont disponibles en accès direct dans un espace précis de la pharmacie. L'accès à un médicament d'automédication n'est alors jamais possible sans le concours d'un professionnel de santé, en l'occurrence l'apothicaire. Ce dernier est chargé de vérifier que le médicament est bien approprié pour le mal dont souffre le patient.

Que pensent les Français de l'automédication ?

En France, comme dans le reste du monde, l'automédication est une pratique très courante. Une étude a récemment été menée auprès de 1 000 Français par l'AFIPA (association professionnelle qui représente les industries des produits de santé disponibles sans ordonnance, comme les médicaments d'automédication, les dispositifs et compléments alimentaires) avec le concours de l'institut Harris interactive, afin de mieux cerner la perception de l'automédication par les Français. Cette étude a permis de récolter de nombreux résultats.


Le premier constat de cette étude est que 80 % des Français ont recours à cette pratique : une pratique stable et régulière, caractérisée par un recours raisonné en cas de besoin. Parmi eux, 46 % y ont recours pour des problèmes de santé bénins, 43 % au début des symptômes de situations bien connues et 39 % quelques jours après l'apparition des symptômes.


Aussi, 69, % des Français estiment que prendre des médicaments issus d'une ancienne prescription c'est également de l'automédication. 59 % des Français font totalement confiance aux pharmaciens pour leur prodiguer des conseils sur le médicament le mieux adapté pour leur pathologie. 22 % des Français prévoient une augmentation de leur fréquence de recours à l'automédication : 41, % d'entre eux ont clairement manifesté leur envie d'obtenir des informations et même une documentation sur les questions d'automédication.


Par ailleurs, un tiers des Français est prêt à dépenser 10 à 19 euros par mois pour l'automédication. Les facteurs qui expliquent cette adhésion au concept d'automédication sont simples.

Le patient est conscient du caractère bénin des affections concernées. Ces affections étant récurrentes, les patients sont déjà au courant du médicament qu'il leur faut pour en venir à bout. Le patient désire gagner en temps, se rendre directement à la pharmacie est plus rapide que de passer au préalable par l'hôpital.

L'automédication apparaît alors comme le moyen préféré des Français pour traiter rapidement et efficacement des pathologies bien identifiées.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener