Perles oubliées : "Wizzz! Vol 4 French psychorama 1966-1974

Matty Kemer - Boeing © Born Bad Records

On connait les films de série Z, mais il existe aussi des chansons ! Dans les années 80, au fil de la collection du Dr Demento, le label californien Rhino avait fait revivre cette frange savoureuse de la musique, qui à force de niaiserie, de prise au sérieux ou de franc décalage en devenait indispensable. Qui n'avait pas fondu à l'écoute de la version yiddish et casher de "Walk on the wild side"...

Le label français Born Bad reprend ce flambeau depuis quelque temps, compilant sous l'appellation Wizzz! un courant dit french psychorama qui mixe les morceaux improbables de la variété française tout en leur adjoignant quelques perles injustement inconnues ou oubliées. Wizzz! sort aujourd'hui son volume 4 (nous proposerons les trois autres volumes par la suite).

Et voici donc François Bernheim (le très très Noël-deschampiesque "Tom"), Michel Handson interprétant un "Bric-à-brac" s'essayant à la musique des mots et aux allitérations (mais n'est pas Gainsbourg qui veut), Alain Ricar à la carrière bien courte (on comprend pourquoi) avec son soixante-huitard "I like sex" - ambiance Sorbonne occupée et baise en amphi, pochette simili Gébé-Wolinski -, "Je t'aime trop" de Paul Dupret - face B de son unique single Vogue en 1970 - en imitation d'Herbert Léonard avec arrangements psychédéliques, Michel Didier (quelques singles chez Philips) et un "Comme un arc en ciel", bourré de phasing et sous influence Beatles à la manière d'Eric Charden à la même époque, "Vedette internationale" de Liberatore (Vogue Belgique 1969) en alter-ego belge de Ronnie Bird, un délicieux et acide "Le poisson vert" de Gérard Gray (1970) - "le soleil est à l'envers, et moi je descend..."- aux synthétiseurs pierre-henryiesques, Richard Hertel, batteur et co-fondateur avec Nino Ferrer et Bernard Estardy des Gottamou avec le très emballant, funky, bien construit et arrangé "Patatras hola" (dommage que le voix ne soit pas vraiment à la hauteur), après ce seul single sous son nom en 1970. Hertel aura une carrière reconnue de musicien de jazz, puis encore les Missiles (nos Kinston Trio hexagonaux à l'accent pied-noir), Gilles du Janeyrand, Alain Serco, François Faray, Patrice Lamy, K.R. Nagati et notre préférée, Matty Kemer (de l'incroyable label E.D.O.) avec un "Boeing" qui frôle les sommets du kitsch décalé.

wizzz-4-cover

Wizzz! Vol 4 French psychorama 1966-1974

France 1966 1974    Note 10.0

Un CD Born Bad

Une chronique SEFRONIA de  Francois Branchon

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.