Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

183 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2021

Perles oubliées : "Wizzz! Vol 4 French psychorama 1966-1974

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Matty Kemer - Boeing © Born Bad Records

On connait les films de série Z, mais il existe aussi des chansons ! Dans les années 80, au fil de la collection du Dr Demento, le label californien Rhino avait fait revivre cette frange savoureuse de la musique, qui à force de niaiserie, de prise au sérieux ou de franc décalage en devenait indispensable. Qui n'avait pas fondu à l'écoute de la version yiddish et casher de "Walk on the wild side"...

Le label français Born Bad reprend ce flambeau depuis quelque temps, compilant sous l'appellation Wizzz! un courant dit french psychorama qui mixe les morceaux improbables de la variété française tout en leur adjoignant quelques perles injustement inconnues ou oubliées. Wizzz! sort aujourd'hui son volume 4 (nous proposerons les trois autres volumes par la suite).

Et voici donc François Bernheim (le très très Noël-deschampiesque "Tom"), Michel Handson interprétant un "Bric-à-brac" s'essayant à la musique des mots et aux allitérations (mais n'est pas Gainsbourg qui veut), Alain Ricar à la carrière bien courte (on comprend pourquoi) avec son soixante-huitard "I like sex" - ambiance Sorbonne occupée et baise en amphi, pochette simili Gébé-Wolinski -, "Je t'aime trop" de Paul Dupret - face B de son unique single Vogue en 1970 - en imitation d'Herbert Léonard avec arrangements psychédéliques, Michel Didier (quelques singles chez Philips) et un "Comme un arc en ciel", bourré de phasing et sous influence Beatles à la manière d'Eric Charden à la même époque, "Vedette internationale" de Liberatore (Vogue Belgique 1969) en alter-ego belge de Ronnie Bird, un délicieux et acide "Le poisson vert" de Gérard Gray (1970) - "le soleil est à l'envers, et moi je descend..."- aux synthétiseurs pierre-henryiesques, Richard Hertel, batteur et co-fondateur avec Nino Ferrer et Bernard Estardy des Gottamou avec le très emballant, funky, bien construit et arrangé "Patatras hola" (dommage que le voix ne soit pas vraiment à la hauteur), après ce seul single sous son nom en 1970. Hertel aura une carrière reconnue de musicien de jazz, puis encore les Missiles (nos Kinston Trio hexagonaux à l'accent pied-noir), Gilles du Janeyrand, Alain Serco, François Faray, Patrice Lamy, K.R. Nagati et notre préférée, Matty Kemer (de l'incroyable label E.D.O.) avec un "Boeing" qui frôle les sommets du kitsch décalé.

Wizzz! Vol 4 French psychorama 1966-1974

France 1966 1974    Note 10.0

Un CD Born Bad

Une chronique SEFRONIA de  Francois Branchon

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX