Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

638 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2015

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Les migrants morts en Méditerranée, un crime politique et moral - par le CISPM

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

22.04.15 - La Coalition Internationale des Sans-Papiers, Migrants, Réfugiés et Demandeurs d’asile (CISPM) adresse une lettre ouverte aux dirigeants politiques européens et mondiaux.

Les auteurs de cette lettre pointent du doigt la responsabilité politique mondiale après la mort de 800 migrants en Méditerranée dimanche dernier, alors que ceux-ci tentaient de rejoindre l’Europe. La CISPM dénonce un crime politique et moral qui ne cesse de se répéter et annonce une mobilisation dans les grandes capitales européennes.

Pleins feux sur des crimes commis à répétition

Mesdames, Messieurs les Présidents,

Nous, membres de la Coalition Internationale des Sans-papiers, Migrants, Réfugiés et Demandeurs d’asile (CISPM) voulons Vous manifester à travers ces lignes notre indignation et notre rage pour l’énième crime survenu ces jours : un événement qui se répète maintenant depuis des années dans la mer Méditerranée et aux frontières de l’Europe.

Mesdames, Messieurs les Présidents, nous avons décidé d’utiliser le mot « CRIME » parce que ces personnes sont tuées par vos politiques élaborées scientifiquement et appliquées à nos dépens.

Selon le Fonds Monétaire International (FMI), le taux de croissance global pour l’année 2015 sera de 3,5% : 4,5% pour l’Afrique Subsaharienne, 0,9% pour l’Amérique latine et Caraïbes, 1,5% pour la zone Euro, seulement pour donner des exemples.

Mais les fruits de cette croissance se concentrent toujours dans les mains des 1% de la population (composée de multinationales, instituts financiers, banques, etc...), pendant que les 99% restants de la population mondiale sont contraints de survivre avec des taux de chômage explosifs causés par des choix politiques que vous imposez au travers des programmes d’ajustement structurels aux peuples d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Europe, d’Asie et d’Amérique latine.

Parallèlement, les conflits géopolitiques dans le monde, en particulier en Afrique et au Moyen-Orient, sont devenus des sources de profit économique et de division au détriment de tant de populations. Ces conflits sont fomentés directement ou indirectement par les mêmes pays occidentaux, avec la vente d’armes qui nourrit leur Produit Intérieur Brut (PIB).

Mesdames, Messieurs les Présidents, comme vous le savez très bien, l’ensemble de ces facteurs – de vos politiques économiques et des conflits astucieusement orchestrés – ont alimenté la guerre totale qui détruit des générations entières de personnes.

Face à cette guerre totale, nous avons fui, entreprenant ce “voyage pour la vie” dans lequel 1500 personnes, femmes, enfants, hommes, ont perdu la vie dans les eaux de la mer Méditerranée depuis le début de cette année (source UNHCR). Ceci intervient dans l’indifférence et le détachement total que vous continuez à manifester à partir de votre myopie politique alliée à vos déclarations de circonstance hypocrites et privées d’humanité.

Vous avez réussi d’un côté à imposer des politiques d’austérité aux populations des pays européens, causant un chômage dévastateur, et de l’autre, vous faites mourir dans la Méditerranée des milliers d’êtres humains. Les survivants sont ensuite traités comme les “damnés de la Terre” au travers du Règlement “apartheid” Dublin III et la gestion affairiste des systèmes d’accueil, qui vont à l’encontre de la dignité et des droits des migrants.

Pour tous ces motifs, nous vous tenons, Mesdames et Messieurs les Présidents, responsables moralement et politiquement des ces crimes. Crimes qui ne peuvent être banalisés comme étant l’œuvre de “passeurs” : le détonateur de cette dynamite sont vos choix politiques et économiques.

Les solutions que vous proposez pour stopper l’arrivée de personnes, la construction de camps dans les pays de provenance, la militarisation des frontières et la politique d’accords bilatéraux avec des gouvernements imposés et illégitimes, représentent une illusion.

L’illusion de pouvoir arrêter le mouvement des personnes au travers de nouveaux moyens de contrôle et de répression, n’est qu’une énième tromperie de l’opinion publique et de la citoyenneté dans son ensemble. Parce que migrer est une nécessité. Surtout lorsque l’on fuit les guerres et les famines.

Nous vous demandons de renoncer à vos politiques et d’écouter la voix des victimes de vos décisions, en rencontrant une délégation de la Coalition Internationale des Sans-papiers, Migrants, Réfugiés et Demandeurs d’asile (CISPM).

En attendant, et pour donner une voix et une dignité aux survivants contraints de vivre en marge de la société, nous avons décidé d’organiser, à partir du 23 et 24 avril prochain, dans les diverses places d’Europe (Rome, Athènes, Paris, Bruxelles, Berlin, etc.) des manifestations de condamnation des crimes et de la guerre totale en cours.

Ces manifestations, que nous construisons ensemble avec tant de citoyens/ennes et d’associations de défense des droits humains, ainsi qu’avec les forces sociales, politiques et syndicales, laïques et religieuses, nous amèneront à la Journée Internationale d’action du vendredi 22 mai 2015 qui verra des initiatives décentralisées contre les politiques esclavagistes, racistes, répressives et pour le droit à la liberté de mouvement, d’asile, pour la régularisation et la liberté de résidence et de travail en Europe.

Cette lettre est à l’initiative de la Coalition Internationale des Sans-Papiers, Migrants, Réfugiés et Demandeurs d’asile (CISPM) et a été adressée :

au Président du Conseil Européen

M. Donald Tusk

au Président de la Commission Européenne

M. Jean-Claude Juncker

au Président du Parlement Européen

M. Martin Schulz

à la Présidente du Fonds Monétaire International

Mme. Christine Lagarde

au Président de la Banque Mondiale

M. Jim Yong Kim

au Président de la Banque Centrale Européenne

M. Mario Draghi

avec en copie

le Président de l’Union Africaine

M. Robert Mugabe

la Présidente de la Commission de l’Union Africaine

Mme. Nkosazana Dlamini-Zuma

et le Secrétaire Général de l’ONU

M. Ban Ki-Moon

source :

http://pro.guidesocial.be/actualites/l-europe-accusee-de-crime-apres-la-mort-de-migrants-en-mer-mediterranee.html

Migrants: jusqu'à présent 1750 morts, 30 fois plus qu'en 2014

21.03.15 - Avec plus de 1 750 morts depuis le début de l'année, le bilan des migrants morts en tentant de traverser la Méditerranée résulte plus de 30 fois supérieur à celui enregistré à la même période de l'an dernier (56 décès le 21 avril). 

par Rédaction Contropiano

C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui le porte-parole de Genève de l'Organisation Internationale pour les migrations (OIM).
Selon une estimation du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le taux de mortalité parmi les demandeurs d'asile et des migrants qui traversent la Méditerranée a augmenté de façon spectaculaire, "en 2014, la Méditerranée avait déjà émergé comme la route la plus mortelle dans le monde pour les réfugiés et les migrants avec une moyenne de un décès parmi les 50 personnes qui tentaient de traverser. Cette année, la moyenne est d'un sur 20. Les chiffres vont dans la mauvaise direction ", a déclaré le porte-parole HCR Adrian Edwards.


Les décès signalés pour le seul mois d'avril sont environ 1300, un record pour un seul mois, a dit Edwards. Selon l'organisme international, en 2015 on risque d'assister à la mort d'au moins 30 000 migrants en Méditerranée si le bilan de ces quatre premiers mois sera  répété avant la fin de l'année. "L'OIM estime que le nombre de morts est actuellement plus de 30 fois supérieur à celui de la même période de 2014, lorsque les migrants morts n'étaient que 56 - a déclaré le porte-parole Joel Millman depuis Genève - maintenant l'OIM craint que le bilan global de l'année 2014, de 3279 migrants morts en Méditerranée, puisse être dépassé cette année dans le temps de quelques semaines et qu'il puisse atteindre les 30.000 morts d'ici la fin de l'année, à la lumière du bilan actuel". Une crainte justifiée par le constat du fait que les trafiquants d'êtres humains amassent de plus en plus de migrants sur les bateaux, qui résultent ainsi exposés à un plus grand risque de naufrage. Selon Millman le bateau qui a coulé dimanche dernier avec 800 personnes à bord, "l'année dernière il avait porté 200 personnes." "S'il y a vraiment un manque de bateaux c'est ainsi qu'ils le feront. Si c'est le cas, et il semble l'être, il est à craindre que le taux de mortalité puisse augmenter de façon astronomique, parce qu'ils sont en train de se comporter ainsi pour transporter les personnes", a-t-il ajouté. Ceci réfute ceux qui, pour arrêter l'exode des migrants et éviter les massacres de plus en plus récurrentes en mer, propose de bombarder et de détruire les bateaux utilisés par les trafiquants dans les ports de départ.

De son côté, Volker Turk, directeur de la protection internationale du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), a déclaré que la majorité des migrants qui risquent leur vie en Méditerranée sont des réfugiés: "Si vous regardez les chiffres de l'année dernière, plus de 50% des personnes qui ont traversé la Méditerranée avait besoin d'une protection internationale. Pour la plupart des Syriens, des Erythréens et des Somaliens ".

Depuis le début de cette année, plus de 36 000 demandeurs d'asile et des migrants sont arrivés en Europe du sud par la mer.

source :

http://contropiano.org/in-breve/italia/item/30355-migranti-fino-ad-ora-1-750-morti-30-volte-in-piu-del-2014

Articles liés :

Manlio Dinucci: "Dans un vide politique le plus gros problème est l'information" - par Sputnik Italie

24 AVRIL 2015

Mare Nostrum, Triton et la militarisation de la Méditerranée - un entretien avec Antonio Mazzeo

24 AVRIL 2015 

Méditerranée. Le massacre des migrants a un coupable - par Giovanni Di Fronzo

23 AVRIL 2015 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À la veille de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias