Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

639 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 août 2015

Arménie : échec de la 'color revolution', l'USAID insulte son laquais - par Maurizio Blondet

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

29.07.15 - Cette lettre est imparable. Elle a été écrite par Mme Hilliard, chef de mission de l'USAID en Arménie, l'usine des révolutions de couleur. Révélations. 

maurizioblondet.it

© 

Maurizio Blondet.

Cette lettre est imparable. Elle a été écrite par  Mme Karen Hilliard, chef de mission de l'USAID en Arménie (l'agence gouvernementale "pour le développement international") à Arthur Sakunts, militant des droits humains, qui a reçu le prix "défenseur de la liberté" par l'ambassadeur Usa à Erevan, ainsi que président de "l'Assemblée de Helsinki Citizen» de Vanazdor, une ONG née "spontanément de la société civile" qui dénonce dans de  grandes conférences de presse la brutalité policière, et organise des rassemblements et des manifestations contre le gouvernement qui viole les droits humains.

http://hcav.am/en/

En d'autres termes moins orwelliens, Sakunts est quelqu'un à qui les Américains ont confié un rôle central dans la "révolution de couleur" qu'ils ont déclenché en Arménie. La chose a commencé le 19 Juin, par une manifestation de protestation contre l'augmentation des factures d'électricité. Le président Serzh Sarkissian a dit être prêt à recevoir une délégation de manifestants; ils ont refusé. Puis a effacé les augmentations; mais la foule s'est rassemblée dans des manifestations à répétition sur la place centrale d'Erevan, qui est appelée Place de la Liberté. Il y a eu des affrontements avec la police qui ont dispersé la foule le 23. Washington tonne contre "l'usage excessif de la force, les rumeurs de violences subies par les arrêtés", et déclare être   "troublée par le fait que les journalistes et leur matériel a été pris pour cible de manière particulière."



En somme une tentative sérieuse de reproduire le Maidan de l'Ukraine.
Le monstrueux gouvernement destructeur de droits humains, historiquement pro-russe, devait être remplacé par un adhérant à "nos valeurs."
La belle entreprise s'est dégonflée presque aussitôt, comme le démontre à point nommé la lettre furieuse que Mme Hilliard a écrit, sur papier en-tête, au promoteur local des droits humains.

© 

Je traduis:

"Cher Monsieur Sakunts - Je vous écris pour exprimer mon alarme concernant la baisse significative de dynamisme dans les manifestations à Erevan. Nonobstant les assurances quant à l'engagement de la société civile arménienne pour défendre farouchement ses propres intérêts, le nombre de manifestants diminue, l'oratoire inflexible sans concessions est en train d'évoluer vers un dialogue pacifique avec le gouvernement, et les revendications politiques ont été abandonnées. Il est clair que vous n'êtes pas parvenu à utiliser correctement les ressources qui vous ont été fournies. Vos résultats sont médiocres, et l'objectif principal n'a pas été atteint.
Mais nous pensons qu'il est inacceptable d'interrompre l'activité de l'un des domaines que nous avons convenu, car cela pourrait nuire au déroulement des événements planifiés  pour l'Azerbaïdjan. Vous devez faire tous les efforts pour alimenter toute forme de protestation populaire. Le projet est la pierre angulaire de notre stratégie régionale dans un proche avenir. Vos actions détermineront votre coopération future avec nous

Karen R. Hilliard ".



Mme Hilliard n'est pas du tout contente de la façon dont la cause de la démocratie progresse en Arménie. A Washington, ils sont "alarmés" et doivent l'avoir soulevée de tout son poids. Et elle, elle soulève de son poids Sakunts, en le traitant non pas en décoré militant des droits humains et  victime prédestinée par le monstrueux gouvernement pro-russe, mais comme un sien salarié incapable et paresseux. Elle le menace de licenciement s'il ne s'affaire pas. Parce que le déclenchement de la révolution arménienne de couleur est partie intégrante d'un plan régional, qui comprend l'Azerbaïdjan.



L'exaspération américaine est compréhensible.
En mai, une révolution de couleur en Macédoine a échoué. Préparée soigneusement par la Fondation Soros, elle prévoyait, le 17 mai, une énorme manifestation de foule contre le gouvernement, à Skopjie, conduite par le héros local des droits humains, Zoran Zaev choisi par l'Occident. Il fallait exciter l'indépendantisme de la forte minorité albanaise (30% de la population macédonienne), qui aurait donné la "couleur" vert-islamique. La chose a été envoyée pieds en l'air par un tragique affrontement armé à Kumanovo (à la frontière avec le Kosovo), où les troupes spéciales de la police ont déjoué une incursion de "terroristes albanais": en en tuant 14, au prix de 8 agents  macédoniens tués. Il a été aussitôt avéré que les tués n'étaient pas des Albanais locaux (qui n'avaient pas bougé), mais des gens du Kosovo Liberation Army, la semi-criminelle UCK qui a toujours été sous la protection américaine; et en effet les corps ont été enterrés avec les honneurs et en uniforme de l'UCK à Pristina, comme des héros. Ce groupe devait faire quelque chose de sanglant le même jour que le militant des droits de l'homme Zaev aurait réuni pour sa manifestation une foule de 70.000 personnes (qui devait être saluée à l'avance par une délégation du Parti socialiste européen dirigé par Martin Schulz (le Kapo) et Matteo Renzi, avec McCain): peut-être que ceux de l'UCK devaient agir comme les mystérieux snipers du Maidan? Le résultat est que, le 18, un énorme  nombre de Macédoniens est descendu dans les rues, mais  pour soutenir son propre gouvernement, entre les cris et slogans contre "Soros" et son "Open Society", qu'on avait compris qu'il avait payé l'opération spontanée.


En Macédoine il fallait bloquer le Balkan Stream. En Arménie soustraire à Moscou un allié stratégique, que  Moscou a protégé au cours des siècles (des Turcs, des massacreurs azéris); qui est membre de l'OTSC (Collective Security Treaty Organization (OTSC), du CEI (Communauté des Etats indépendants) de l'Union douanière eurasienne. La Russie est le plus grand partenaire commercial de l'Arménie;. 2 millions d'Arméniens vivent en Russie, deux bases militaires russes sont en Arménie.
Pour l'instant, le plan a échoué. Et de deux. Maintenant, voyons ce qu'ils savent faire en Azerbajian.




Source:

http://www.maurizioblondet.it/armenia-fallita-color-revolution-lusaid-insulta-il-suo-lacche/.

Articles liés :

La Macédoine sera-t-elle la nouvelle Ukraine? - par Giovanni Di Fronzo

21.05.15

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana