Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

640 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 août 2015

Arménie : échec de la 'color revolution', l'USAID insulte son laquais - par Maurizio Blondet

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

29.07.15 - Cette lettre est imparable. Elle a été écrite par Mme Hilliard, chef de mission de l'USAID en Arménie, l'usine des révolutions de couleur. Révélations. 

maurizioblondet.it

© 

Maurizio Blondet.

Cette lettre est imparable. Elle a été écrite par  Mme Karen Hilliard, chef de mission de l'USAID en Arménie (l'agence gouvernementale "pour le développement international") à Arthur Sakunts, militant des droits humains, qui a reçu le prix "défenseur de la liberté" par l'ambassadeur Usa à Erevan, ainsi que président de "l'Assemblée de Helsinki Citizen» de Vanazdor, une ONG née "spontanément de la société civile" qui dénonce dans de  grandes conférences de presse la brutalité policière, et organise des rassemblements et des manifestations contre le gouvernement qui viole les droits humains.

http://hcav.am/en/

En d'autres termes moins orwelliens, Sakunts est quelqu'un à qui les Américains ont confié un rôle central dans la "révolution de couleur" qu'ils ont déclenché en Arménie. La chose a commencé le 19 Juin, par une manifestation de protestation contre l'augmentation des factures d'électricité. Le président Serzh Sarkissian a dit être prêt à recevoir une délégation de manifestants; ils ont refusé. Puis a effacé les augmentations; mais la foule s'est rassemblée dans des manifestations à répétition sur la place centrale d'Erevan, qui est appelée Place de la Liberté. Il y a eu des affrontements avec la police qui ont dispersé la foule le 23. Washington tonne contre "l'usage excessif de la force, les rumeurs de violences subies par les arrêtés", et déclare être   "troublée par le fait que les journalistes et leur matériel a été pris pour cible de manière particulière."



En somme une tentative sérieuse de reproduire le Maidan de l'Ukraine.
Le monstrueux gouvernement destructeur de droits humains, historiquement pro-russe, devait être remplacé par un adhérant à "nos valeurs."
La belle entreprise s'est dégonflée presque aussitôt, comme le démontre à point nommé la lettre furieuse que Mme Hilliard a écrit, sur papier en-tête, au promoteur local des droits humains.

© 

Je traduis:

"Cher Monsieur Sakunts - Je vous écris pour exprimer mon alarme concernant la baisse significative de dynamisme dans les manifestations à Erevan. Nonobstant les assurances quant à l'engagement de la société civile arménienne pour défendre farouchement ses propres intérêts, le nombre de manifestants diminue, l'oratoire inflexible sans concessions est en train d'évoluer vers un dialogue pacifique avec le gouvernement, et les revendications politiques ont été abandonnées. Il est clair que vous n'êtes pas parvenu à utiliser correctement les ressources qui vous ont été fournies. Vos résultats sont médiocres, et l'objectif principal n'a pas été atteint.
Mais nous pensons qu'il est inacceptable d'interrompre l'activité de l'un des domaines que nous avons convenu, car cela pourrait nuire au déroulement des événements planifiés  pour l'Azerbaïdjan. Vous devez faire tous les efforts pour alimenter toute forme de protestation populaire. Le projet est la pierre angulaire de notre stratégie régionale dans un proche avenir. Vos actions détermineront votre coopération future avec nous

Karen R. Hilliard ".



Mme Hilliard n'est pas du tout contente de la façon dont la cause de la démocratie progresse en Arménie. A Washington, ils sont "alarmés" et doivent l'avoir soulevée de tout son poids. Et elle, elle soulève de son poids Sakunts, en le traitant non pas en décoré militant des droits humains et  victime prédestinée par le monstrueux gouvernement pro-russe, mais comme un sien salarié incapable et paresseux. Elle le menace de licenciement s'il ne s'affaire pas. Parce que le déclenchement de la révolution arménienne de couleur est partie intégrante d'un plan régional, qui comprend l'Azerbaïdjan.



L'exaspération américaine est compréhensible.
En mai, une révolution de couleur en Macédoine a échoué. Préparée soigneusement par la Fondation Soros, elle prévoyait, le 17 mai, une énorme manifestation de foule contre le gouvernement, à Skopjie, conduite par le héros local des droits humains, Zoran Zaev choisi par l'Occident. Il fallait exciter l'indépendantisme de la forte minorité albanaise (30% de la population macédonienne), qui aurait donné la "couleur" vert-islamique. La chose a été envoyée pieds en l'air par un tragique affrontement armé à Kumanovo (à la frontière avec le Kosovo), où les troupes spéciales de la police ont déjoué une incursion de "terroristes albanais": en en tuant 14, au prix de 8 agents  macédoniens tués. Il a été aussitôt avéré que les tués n'étaient pas des Albanais locaux (qui n'avaient pas bougé), mais des gens du Kosovo Liberation Army, la semi-criminelle UCK qui a toujours été sous la protection américaine; et en effet les corps ont été enterrés avec les honneurs et en uniforme de l'UCK à Pristina, comme des héros. Ce groupe devait faire quelque chose de sanglant le même jour que le militant des droits de l'homme Zaev aurait réuni pour sa manifestation une foule de 70.000 personnes (qui devait être saluée à l'avance par une délégation du Parti socialiste européen dirigé par Martin Schulz (le Kapo) et Matteo Renzi, avec McCain): peut-être que ceux de l'UCK devaient agir comme les mystérieux snipers du Maidan? Le résultat est que, le 18, un énorme  nombre de Macédoniens est descendu dans les rues, mais  pour soutenir son propre gouvernement, entre les cris et slogans contre "Soros" et son "Open Society", qu'on avait compris qu'il avait payé l'opération spontanée.


En Macédoine il fallait bloquer le Balkan Stream. En Arménie soustraire à Moscou un allié stratégique, que  Moscou a protégé au cours des siècles (des Turcs, des massacreurs azéris); qui est membre de l'OTSC (Collective Security Treaty Organization (OTSC), du CEI (Communauté des Etats indépendants) de l'Union douanière eurasienne. La Russie est le plus grand partenaire commercial de l'Arménie;. 2 millions d'Arméniens vivent en Russie, deux bases militaires russes sont en Arménie.
Pour l'instant, le plan a échoué. Et de deux. Maintenant, voyons ce qu'ils savent faire en Azerbajian.




Source:

http://www.maurizioblondet.it/armenia-fallita-color-revolution-lusaid-insulta-il-suo-lacche/.

Articles liés :

La Macédoine sera-t-elle la nouvelle Ukraine? - par Giovanni Di Fronzo

21.05.15

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française