Ma chronique #75

L’appel, le Gouvernement français a demandé à l’ennemi à quelles conditions honorables un cessez-le-feu était possible. Il a déclaré que, si ces conditions étaient contraires à l’honneur, la dignité et l’indépendance de la France, la lutte devait continuer ...

Dire et écrire, ce n’est pas pareil. Le texte publié, l’écrit, est différent, modifié dans sa substance, donc dans la vérité qu’il porte, par les Britanniques, pas dupes.

On devait avoir la lutte, on a eu la collaboration.

Commémorer l’appel est une farce.

Aujourd’hui ma cause c’est les panaris. Oh ! pas ces horribles tissus martyrisés par une staphylococcie ongulaire, mais une libre interprétation d’un mot déviant, un code.

Il n’est pas question, donc de maladie, mais de quelque chose qu’on ne montre pas, un secret. Pas parce que c’est moche ou indicible, mais parce que ça ne regarde que soi.

Ces mots qu’on invente, ces expressions qui vous sortent de la bouche sans être passées par la tête tu es LE SEUL à n’avoir pas vu mes boutons !  C’est une grande plaque, regarde ! En dermato amateur, qui vient de subir une charge walkyrienne façon Apocalypse Now d’une nuée de moustiques affamés, je me penche avec un intérêt relatif sur la plaque en question. Je ne vois rien qui vaille mes propres blessures et les démangeaisons qui vont avec.

Les mots pour le dire, échappent, dans la condition vernaculaire ou véhiculaire qui affecte leur statut, au bon sens, à l’exactitude, au concept de vocabulaire et plus encore à celui de grammaire.

Ainsi, ces miettes de l’esprit, prononcées pour combler une fissure sur la table de la conversation, font-elles mon ravissement. Je n’aime rien tant que ces approximations, qui parlent comme une mélodie bien sentie, une chansonnette, quelques notes, pas plus, trois petites notes de musique ont plié boutique au creux du souvenir, voyez ?

C’est ma balade de l’esprit, mon ravissement, mes moments perdus, les renfoncements de rues où poussent pissenlit et ortie. Les mots ne sont pas que des signes, ils sont de la matière, du son, de la texture, du moment.

Ces mots, je les rejoue, comme des notes oubliées, c’est faux, c’est à peu près, je regrette de ne pas les avoir notés exactement, puis je me dis qu’il y en aura d’autres, des surprises, des petits monstres, des solstices.

J’ai mangé un rumsteck bleu à midi car j’étais invité à déjeuner dans un café où j’allais boire des chocolats chauds quand j’étais au Lycée Jacques Decour. Je commande toujours en forme de politesse, la même chose que mon hôte.  Il est charmant. Il ne mange pas de frites, parce qu’il en fait, et que c’est bien meilleur, la viande il l’adore, il la mangerait crue, si ça se faisait. Il n’est pas chasseur. Je le lui ai demandé. Il a ce charme désuet des choses en train de disparaître, comme l’habitude du même bistrot, depuis 22 ans, qu’il fréquente presque tous les jours.

Le bistrot est comme lui, à l’ancienne, où la serveuse dit, ça va la cuisson ? sinon on remballe, hein ?

Après, j’ai descendu la rue, jusqu’à chez moi. J’ai croisé les premières valises à roulettes, vu les cars bleu blanc rouge électriques à deux étages, quand même, aller reprendre leur place devant les monuments, Louvre, Orsay etc... Doucement, le monde que nous disait Houellebecq, point.

Houellebecq justement, dans un article mal traduit, du pourtant brillantissime titre-constat The narcissistic fall of France, de son interview dans le journal en ligne UNHERD, commence ainsi, I look on every side, and all I see is darkness. Houellebecq est un relativiste, quelqu’un dont l’attitude est un perpétuel no show qui en fait la colonne vertébrale de l’intellectualisme français, voire européen, voire mondial.

La France ne mérite pas Houellebecq, qui se fiche de la France dans ses valeurs de patriotisme, de nationalisme et autres ismes... C’est un hôtel, on ne lui doit rien, dit-il avec quelque raison. Pourquoi s’alarmer du déclinisme d’un pays dont les valeurs n’en ont plus ?

Au stand de tir de la raison, mettez Zemmour et Houellebecq côte à côte, l’un tire avec une Lupara, l’autre avec une carabine 22 LR à visée laser. L’un éclate tout ce qui vit dans un rayon de 10 mètres, l’autre décile le lapin sans le blesser.

Bon, j’ai déjà dit que j’étais Houellebecquien, what else ?

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.