Non accompagnement des personnes vulnérables lors d'urgence ou d'hospitalisation !

    Bonjour,

                       Comme une bouteille à la mer, je vous propose la cause, généralement méconnue du ‘’grand public’’, des personnes handicapées, internes,  en institution !

 

                       En braquant exclusivement les projecteurs sur ‘’l’inclusion’’ des Personnes Handicapées on oublie, ébloui, les zones d’ombres :------- > Par exemple, la rupture d’accompagnement lors d’une urgence et/ou d’une hospitalisation !...

                     Mon intérêt se porte particulièrement sur les personnes lourdement handicapées, mutiques, qui ne peuvent pas témoigner de leurs souffrances, ni exprimer leurs besoins,  leur mal-être !...   

                     Incomprises,  elles ne peuvent que subir !... et, souvent, réagir à leur manière…

                                               

                    Cette maltraitance, récurrente et banalisée ne peut être atténuée que par un accompagnement personnalisé ; c’est-à-dire par une personne, connue de la personne handicapée et qui connait bien cette dernière.

 

                    Utilité (euphémisme !) d’un accompagnateur :                      )---------- >  repère/référent ====== >   réduction du stress de la personne accompagnée… (et de celui des intervenants hospitalier ?),

                                                                                                                     )---------- >  traducteur/guide == ===>   en capacité, de ‘’décoder’’ et de retransmettre ce qui est exprimé par la personne accompagnée,

                                                                                                                     )---------- >  personne permanente = >   pouvant assurer une présence – continuum – auprès du personnel intermittent de l’hôpital),

                                                                                                                     )---------- >  aide================>  surveillance, habillage, repas…

 

                    Autres aspects très positifs :------ > éviter les sédatifs=== > souvent à forte dose (inconfort, risque de masquer un symptôme…),

                                                                    ------> éviter la contention (stress, douleur surajoutée…).

 

                   Qui n’accompagnerait pas son enfant, son conjoint, un parent, un ami … dans de telles circonstances ?

 

                   Le cas de ces personnes handicapées est très rarement évoqué, et donc rarement pris en compte !...

                   Pourtant, il suffirait d’un budget dédié et d’une organisation adaptée, pour apporter une solution humaine à ce gravissime problème !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.