Parce qu'il n'y a rien de pire que les beaux parleurs-orateurs, véritables tueurs d'espoir !  

Reniements, désertion, impuissance...  en très peu de temps Obama est passé du Yes we can ! au... I would if I could. 

 

Bon vent Obama !  

 

Obama 1.jpg

 

***

 

Obama ou le discours en lieu et place de la puissance car, si en politique tout est dans l’exécution, chez Obama, tout est dans la parole.

Président désincarné, Président virtuel ; pour un peu… Président de l'au-delà…

A cet Obama, difficile  de ne pas lui attribuer une place, une seule : une chaire d’église, ou plus simplement une estrade, celle d’un temple, en prêcheur d’un avenir fantomatique à l’exécution toujours remise à plus tard ...

 

Qui a bien pu être assez tête en l’air pour oublier qu’Obama devrait d’une manière ou d’une autre rendre les fonds collectés pour sa campagne de 2008 – jamais un candidat républicain n’aura amassé autant d’argent -, à une oligarchie financière et économique pour laquelle un monde plus juste, plus équilibré, et plus près d’eux, at home, une couverture sociale pour les américains les plus fragilisés (obtenue, certes ! mais au rabais !), seraient le cadet de ses soucis ?

Et puis enfin, qui dans sa grande naïveté ou ignorance a bien pu penser que cette oligarchie autoriserait un noir (d’aucuns hors micro, entre deux portes et trois ricanements… doivent bien parler de niger - nègre) même métis, à bouleverser l’ordre mondial ?

 

___________________________

Billet rédigé en Novembre 2008

 

 

Au bas mot... Obama

 

Suite à la victoire de Barack Obama, et face à tous les changements attendus (ou mal-entendus ?)

A quand...

L'énumération de tout ce qui... dans la société américaine et dans la politique étrangère des Etats-Unis ne changera pas sous la présidence d'Obama ?!

Voici quelques pistes...

L’Irak, l’Afghanistan, la pauvreté et les inégalités dans la société américaine, Israël-Palestine et la politique du "as little as possible", la crise financière en attendant la crise économique, la peine de mort, In God we trust, la rivalité idéologique et économique Europe-Etats-Unis, la gestion de la relation avec une Chine devenue "Hyper-puissance financière et économique", l'Otan et la Russie...

Sans oublier... le Patriot Act et Guantanamo.

 

***

 

Quand la puissance des riches vient se loger dans les rêves insensés des pauvres - méprise à la longue pathétique et coûteuse -, la déception et l'humiliation ne sont jamais très loin.

Quant à ceux qui se sont agenouillés devant la couleur de ce "Président métisse" : qui a dit qu'on ne devrait jamais juger un être humain sur la couleur de sa peau ?

Décidément, on ne nous changera pas ! Toujours là, nous sommes, toujours à compter sur les autres quand il s'agit des les encourager ( quand ce n'est pas de les supplier) à nous faire croire qu'ils ont pris nos rêves pour leurs réalités avant qu'ils ne nous suggèrent... gentiment, d'aller voir ailleurs si ça se fait que de rêver d'un monde qui................... NE NOUS RESSEMBLERAIT PLUS...

Car... qu'on le veuille ou non, c'est bien de ça dont il est aussi question !

 

Empire - Obama 2.0 © Al Jazeera English
Débat : pré-bilan autour de l'action d'Obama à la présidence

 

 (Unanimité autour de l'idée qu'Obama représente la continuité - celle de Bush père et fils -, en ce qui concerne la politique étrangère et l'action militaire)  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.