"Populisme ?! Vous avez dit populisme ?! Quelle horreur ! Vous avez raison : en politique, il ne faut surtout pas se préoccuper de ce que demande le peuple ; et plus encore… en démocratie car il y en a qui pourraient bien y laisser quelques plumes ; et ça, c'est déjà de trop !"

    Le populiste, c'est toujours l'autre : l'adversaire ! Sa dénonciation n'explique rien mais révèle tout : un parti pris de classe dans le style : "Si c'était différent, ce serait pire encore ! "... tendance bourgeois lettrés, pétés de tunes et morts de trouille - journalistes-chroniqueurs des grands médias inclus, eux et leurs ventriloques.

_________________

 

images?q=tbn:ANd9GcTiwGCT210DL38HLrgnf__wP8E4pt6qGH12iGokyGReGDtL_f_cog Hugo Chavez n'était ni un homme de paille, ni un imbécile, ni un opportuniste sans projet ni vision, ni un salaud, ni un matamore face aux pays déshérités ni un lâche face aux grandes puissances.

Homme d'exception, avec l'appui d'une grande partie du Peuple vénézuélien (les moins privilégiés, cela va sans dire !), il était un chef d'Etat patriote (capable de défendre les intérêts du Vénézuela), courageux et pragmatique.

Que ceux qui, en France, du vivant de Chavez qui n'était ni un tyran ni un voleur, dans les médias et dans les couloirs de nos institutions de la désertion politique, ont pensé à saluer les qualités de cet homme soient ici comptés...........................................................................................

                  Sur une seule main bien sûr !

Rien de surprenant à cela : Chavez était la mauvaise conscience de tous ceux qui nous "dirigent" depuis 40 ans avec l'appui des médias. D'où le silence qui, de son vivant, entourait Chavez, ici, en Europe et plus particulièrement en France.

 

 ***  

Ce que les médias qui sont à la solde des acteurs du Nouvel ordre mondial ne pardonnent à Chavez, ce sont trois choses :

- Sa condamnation sans appel de la politique d'Israël

- Son soutien à ce pays menacé de mort qu'est l'Iran.

- Le fait d’avoir fait du Vénézuela… un pays sans dette, un pays autonome capable de désobéir à la Banque Mondiale et au FMI.     

                      

***

Le décès de Stéphane Hessel et celui de Chavez auront permis de faire la lumière sur Médiapart, abonnés et salariés du journal confondus, car le "coming out" de l'auteur du billet Le serpent est mort qui se réjouit de la disparition d'un Stéphane Hessel antisémite chez lequel il n'y aurait rien à sauver.vaut bien le silence assourdissant à propos du décès de Chavez, de ceux qui n'ont habituellement pas assez de mots pour déplorer tout ce qui mérite de l'être...

C'est sûr, leur silence à tous n'a pas cessé depuis une semaine... de nous hurler : "Chavez est mort, bon débarras !"

Est-ce le sort des déshérités de ce monde qui les intéressent tous mais... à condition que l'avenir des riches soit assuré ? Chavez ayant eu le tort de soutenir un pays en danger de mort, l'Iran, tout en s'opposant à la politique des Etats-Unis et d'Israël dans cette région et ailleurs, avant de refuser de se soumettre et de vendre le Vénézuela pour un plat de lentilles à la mafia bancaire mondiale...

Trois crimes qui valent à Chavez tout le mépris dont tous les médias dominants et la classe politique sont capables.

Même si la palme de la dégonfle reviendra à un dénommé Corcuff qui choisira de se cacher non pas derrière son petit doigt mais derrière un groupuscule anarchiste vénézuélien composé de trois tondus et d'un pelé et de leur contestation du bilan de Chavez pour ne pas avoir à dire du bien de son action pour les raisons explicitées ci-avant (Israël et l'Iran entre autres) de peur de déplaire à ceux à qui Chavez n'a pas cessé de déplaire ici en France ; un Corcuff sociologue pour lequel la scrutation du réel s'arrête aux portes d'une ambition puérile : être invité à parler dans un micro et devant une caméra. Quand on connaît la personnalité de ceux qui pourraient vous y convier...

La gerbe ! Encore et toujours la gerbe !

La leçon de Chavez à l'Empire © Vincent Lapierre

 

 

 Pour prolonger, cliquez ...  Hugo Chavez et la bataille planétaire


Les Matins de France Culture - Jean-Claude Michéa et Janette Habel © FranceCulture


Dans les Matins de France Culture - Jean-Claude Michéa et Janette Habel le matin même de l'annonce du décès de Hugo Chavez


France 24 : Interview de Vincent Lapierre sur le bilan économique d'Hugo Chavez © Vincent Lapierre


Trois minutes sur le bilan économque et social de Chavez

 

 

 

YouTube

 Hommage à Chavez,  c'était en 2011

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.